RTC

Déconstruction de l'ancienne cokerie d'Ougrée

 29 mai 2024 16:00   Seraing


La Wallonie, au travers de son outil économique régional Wallonie Entreprendre, vient de concrétiser le rachat des anciennes friches industrielles d’ArcelorMittal en région liégeoise. Le site de la cokerie d'Ougrée est l'un des plus pollués. Une fois la cokerie déconstruite et le site décontaminé, il pourra accueillir de nouvelles entreprises vers 2030.

Suspendue à une grue à câble, une boule de 2,7 tonnes est utilisée pour démolir le château d'eau de la cokerie qui permettait de lutter contre les incendies et refroidir le coke à la sortie des fours. Une déconstruction du site qui est dans sa troisième phase et concerne le cœur de la cokerie et ses fours qui permettaient de transformer le charbon, en coke en le chauffant pendant 16 h à 1.200 degrés. "Aujourd'hui, dans la déconstruction, on parle de tri sélectif, par exemple, jusqu'à présent, nous avons déjà sorti 2.500 tonnes de ferrailles du site. Cette ferraille est remise à dimension pour repartir en sidérurgie et donc avoir une nouvelle vie. Il y a également beaucoup de briques de béton. Tout cela sera préparé sur place pour pouvoir être également revalorisé dans le devenir du site. En tout, on va revaloriser à peu près 97 % des composants présents sur ce site. Les 3 % restants, c'est essentiellement de l'amiante qui est évacuée dans les filières spécialisées, mais également, par exemple, des boues de cyanure parce qu'on est sur un des sites les plus polluées de Wallonie" explique Nicolas Bughin, le porte parole Société Wanty.

De l'amiante que l'on retrouve par exemple sur l'encadrement des portes de la cokerie. Une déconstruction qui devrait s'achever fin 2025. Commencera alors avec l'entreprise Ecoterres la dépollution des sols et enfin la réhabilitation du site pour accueillir de nouvelles entreprises."Pour Seraing, ce qui est vraiment essentiel, c’est que ces sites soient demain pourvoyeurs d'emplois et donc on est vraiment hyper vigilant sur le fait qu'on puisse y installer des entreprises. Donc aujourd'hui, c'est le début d'une nouvelle aventure pour ces sites importants pour Seraing" explique Déborah Géradon, la Bourgmestre de Seraing.
 
"On va trouver sur ce site un mix de PME et d'industries plus lourdes, centrées sur l'économie circulaire. Et selon le master plan qui a été défini, 62 % des 40 hectares du site devraient être réaménagés en vue de l'activité économique. À côté de ces activités économiques, il y aura aussi un espace de biodiversité. Des zones vertes seront préservées sur le site à hauteur de plus ou moins de 22 %" explique, Marc Degaute, un membre du comité de direction de Wallonie Entreprendre aujourd'hui propriétaire des anciennes friches industrielles d’ArcelorMittal en région liégeoise.
 
Certains bâtiments emblématiques du passé sidérurgique de Seraing pourraient être conservés, mais ils ne se trouvent pas sur le site de la cokerie. Des travaux qui se termineront par le dynamitage de la cheminée haute de 100 mètres et de la tour à charbon de 55 mètres.