RTC

Tram En Commun S6#35 : entretien avec le patron de Galère concernant les extensions

 13 juin 2024 05:43   Chaudfontaine


D'abord retenue en 2014 avec Alstom pour la construction de la ligne courte, la société liégeoise Galère a vu l'Europe recaler le projet proposé. Après nouvel appel d'offres, Galère est resté sur le carreau au profit de Colas et du Consortium TramArdent qui ont hérité de la construction de la ligne courte.

Mais pour les extensions vers Herstal et vers Jemeppe, Galère est désignée, avec son partenaire StadsBader Contractors.

"On ne pouvait pas ne pas en être pour deux raisons principales. La première, c'est que ce sont des marchés qui rentrent parfaitement dans nos compétences... vu que nous faisons tant du bâtiment que du génie civil, de l'infrastructure, de la voirie, de la gestion d'impétrants, de la coordination assez large d'un projet complexe, voilà pourquoi on l'a soumissionné. Stratégiquement, ça rentre tout à fait dans nos cordes. Et deuxièmement, c'est un projet d'ampleur et on souhaite marquer de notre empreinte quand il y a des projets qui redynamisent une région. Et ici, c'est notre région, c'est la région de Liège." précise Henri Ernst, administrateur délégué de Galère

Le partenaire principal, c'est Stadsbader Contractors, une entité cousine elle aussi, comme Galère, détenue un temps par le géant hollandais BAM. Quant Galère s'occupe de la coordination générale, des revêtements, de l'infrastructure, de la construction de bâtiments, du déplacement des impétrants...., Stadsbader Contractors prend lui en charge la pose des rails, de la ligne d'alimentation ferroviaire et des revêtements asphaltés. 

On espère qu'il y aura moins de surprises que ce qu'il pouvait y en avoir dans l'hyper-centre" poursuit notre interlocuteur qui ajoute "on va s'engager à mettre tout en oeuvre pour que le chantier se passe au mieux. On travaille avec l'OTW, un client de longue date, on travaille avec le bureau Greisch en charge des études pour l'infrastructure... avec lequel on entretient de bonnes relations"

 

Objectif, faire "prendre la mayonnaise et avoir un chantier qui se passe au mieux. Un chantier où le duo ne s'occupera pas du matériel roulant, des stations ou des systèmes électriques et électroniques, ces derniers étant à charge du pôle MRS (matériel roulant et systèmes) de TramArdent pour une évidente nécessité de compatibilité avec la ligne courte. 

L'origine des rails ou la technique pour leur installation (classique ou préfabriquée) sur les extensions ne sont pas encore connus. 

Quant à la question de la déception de ne pas avoir eu aussi la ligne courte à réaliser, Henri Ernst répond ceci : " Voilà, le passé et le passé. On s'est réorganisé, on a travaillé sur d'autres projets quand on a perdu la ligne courte. Et donc pourvoir travailler sur les deux extensions est effectivement une grande satisfaction"

Alain W