RTC

Esneux redéfinit son paysage suite aux inondations

 25 octobre 2021 15:10   Esneux


La commune d’Esneux lourdement touchée par les inondations de juillet veut supprimer tout habitat permanent sur les sites des domaines de Méry et de l’Aval de l’Ourthe. Elle va racheter les parcelles des campings pour les consacrer à des zones humides. La commune veut aussi relancer le dossier des Prés de Tilff également en zone inondable.

 

Lors des inondations de juillet dernier, les campings des domaines de Méry et de l’Aval de l’Ourthe ont été complètement dévastés. Aujourd’hui, les zones ont été presqu’entièrement déblayées et les parcelles situées en zone inondable vont devenir la propriété de la commune d’Esneux. Un arrêté a été pris lors du dernier conseil communal. Ce sont en tout 178 personnes qui sont concernées.

« Finalement donc, les eaux ont finalement permis de donner un coup d’accélérateur au Plan Habitat Permanent de la Région wallonne destiné à accompagner les personnes résidant dans des campings à se reloger dans de meilleures conditions », commente Laura Iker la bourgmestre d’Esneux.

« En récupérant ces 322 parcelles de terrain, soit près de 60.000 mètres carrés pour les deux campings, la commune va y aménager des zones humides destinées à ralentir la montée des eaux », ajoute-t-elle.

Autre projet en zone inondable, Les Prés de Tilff. Après le désistement du dernier candidat en lice, la commune d’Esneux envisage aujourd’hui de racheter le site. Des négociations sont en cours avec la Région wallonne propriétaire du bâtiment.

« Le dossier traîne depuis bien trop longtemps. Le dernier projet étant avorté, nous voulons aujourd’hui faire avancer les choses. En acquérant le site en intégralité nous devenons seuls à la manœuvre ce qui devrait faciliter les prises de décision. Ici encore, nous comptons maintenir sur place du récréatif et surtout pas du logement. Même sur pilotis, c’est non ! » insiste encore la bourgmestre.

Esneux, comme toutes les communes touchées lourdement par les inondations, a tiré les leçons de cette catastrophe. Elle en tient compte dans toutes les prises de décision concernant les zones critiques. Pour, si pas éviter, du moins anticiper le pire.

Sophie Driesen

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte