RTC

Alibaba affirme n'avoir aucun lien dans l'enquête liée à Luc Partoune

Photo d'illustration - Image Belga - Archive
 22 juin 2022 10:35   Liège


Alibaba et sa branche logistique Cainiao ont annoncé mardi dans un communiqué qu'ils n'avaient aucun lien avec l'enquête sur l'ex-CEO de Liege Airport Luc Partoune, placé sous mandat d'arrêt vendredi soir pour trafic d'influence, corruption et détournement.

Le géant chinois de l'e-commerce Alibaba a tenu à réagir mardi sur la mise sous mandat d'arrêt de Luc Partoune. "Le groupe et notre branche logistique Cainiao Network respectent strictement les lois et réglementations locales sur tous les marchés, y compris en Belgique pour le projet Liege eHub. Nous ne tolérons aucune pratique illégale de la part de nos fournisseurs," a déclaré l'entreprise chinoise dans un communiqué.

Plusieurs chefs d'inculpations ont été retenus contre l'ex-CEO de Liege Airport : trafic d'influence, corruption et détournement par une personne exerçant une fonction publique. Une certaine opacité sur les marchés publics, une absence de mise en concurrence, des missions de consultance polémiques et coûteuses, des emplois fictifs, et des notes de frais internes énormes ont été pointés par les analystes de chez Deloitte.

Une autre personne, employée d'une société créée lors de la construction des bâtiments pour Alibaba, avait également été placée sous mandat d'arrêt vendredi soir.

"Cainiao Network bénéficie d'un bail emphytéotique pour son terrain à Bierset, et le choix de l'entrepreneur pour la construction de l'entrepôt de la société s'est fait via un appel d'offre indépendant de l'aéroport," a précisé Alibaba dans son communiqué.

Ces arrestations interviennent dans le cadre de l'instruction ouverte à la suite d'une série d'audits de Deloitte commandée par la nouvelle direction de Nethys, qui avait révélé en février 2021 plusieurs dysfonctionnements graves.

Luc Partoune avait été licencié début février 2021 de son poste de directeur général de Liege Airport pour faute grave. Une information judiciaire avait ensuite été ouverte au parquet de Liège à son encontre.

 

Source : Belga










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte