RTC

Sellerie et garnissage haut de gamme

 11 juin 2021 11:21   Liège


Les artisans en sellerie garnissage sont très recherchés dans le milieu des véhicules anciens. C'est une étape nécessaire pour rénover une voiture ancienne, dont les sièges, les panneaux de portes, le tableau de bord ou les tapis de sol ont été abimés avec le temps.  Le Liégeois Benoît Ligotti dirige un tel atelier, installé à Chênée, et capable de reproduire ces différents éléments avec le souci d'être au plus près du modèle d'origine.

Cette démarche exige notamment une expertise dans les matériaux. Benoit Ligotti la doit en partie à son père, qui depuis une quinzaine d’années fournit les entreprises et les artisans spécialisés en garnissage à travers Bénélux, ce qui lui a permit de bien connaître les différentes tanneries d'Europe. 

Pour garantir la qualité du cuir qui sera utilisé, les grands constructeurs veillent à ce que les conditions d'élevage de l'animal soient optimales, en évitant par exemple l'utilisation de fils barbelés pour délimiter les enclos, de manière à ne pas créer de "cicatrice" sur le cuir.

Au sein d’une même marque, le type des perforations du cuir des sièges peut varier d’un modèle à l’autre. Et sur un même modèle, la Mercedes Pagode par exmple, le type des perforations peut encore présenter des différences selon la cylindrée de la voiture ou selon les millésimes ! "Ce sont autant de différences qu'il faut maîtriser et être capable de reproduire pour répondre aux demandes parfois très exigeantes d'une clientèle de connaisseurs", explique Benoit Ligotti, qui est à la fois gérant et administrateur de l'"Atelier Sellerie Garnissage".

Pour bien refaire un siège d’une ancienne voiture, il faut d’abord complètement le déshabiller, jusqu’à la structure métallique, avant de repartir sur de bonnes bases… Les ressorts trop abîmés seront remplacés. Puis une épaisse couche de crin végétal sera posée sur l'assise, et ensuite d'autres couches encore, pour réduire la déformation de la garniture de recouvrement : le cuir, le tissu ou encore l'Alcantara, un matériau apprécié dans cet atelier, à la fois doux et lisse, duveteux même, qui présente un aspect proche du daim, mais en fait composée d'un mélange de polyester et de polyuréthane. 

On peut le retrouver sur les sièges, mais aussi les panneaux de portes, les tableaux de bord, les pommeaux de levier de vitesse ou les volants par exemple.

Si les collectionneurs cherchent le plus souvent à retrouver le modèle d'origine jusque dans les plus petits détails, d'autres clients souhaitent parfois personnaliser le confort de conduite ou la décoration intérieure.

Quels que soient les matériaux utilisés, ils passent par des mains expertes, sur des outils très spécifiques, comme une machine à coudre à double aiguilles, qui permet de réaliser des surpiqures parfaitement parallèles, ou une pareuse, qui va réduire l'épaisseur du cuir, par exemple pour permettre de le glisser parfaitement dans les tableaux de bord.

"La sellerie et le garnissage automobile ne s’apprennent pas à l’école", insiste Benoît Ligotti. "C’est plutôt un métier de savoir-faire, une formation qui se transmet par des artisans, en atelier. C'est un métier rare, et très recherché, qui pourrait venir à disparaitre si aucune vocation ne devait se manifester dans les jeunes générations…" . 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte