RTC

Vol à Cointe : la police réagit aux propos d'Olivier Hamal

 09 fevrier 2021 17:29   Liège


 La police de Liège n’a pas apprécié les propos tenus par Olivier Hamal, après le vol commis dans la soirée de vendredi dernier sur le site du Mémorial Interallié de Cointe.

Pour rappel, la police avait été alertée par le concierge qui avait entendu des bruits anormaux. Une fois la police sur place, il n'y avait plus personne mais trois rambardes en cuivre étaient manquantes.

"C’est le 4e vol commis en moins de 2 ans", rappelait Olivier Hamal, le président de l’asbl du Mémorial, agacé par ces actes à répétition. 

Dans plusieurs interviews accordées à la presse, il s'interrogeait sur la manière dont la police s'y était prise.

 « Quand les policiers sont arrivés, ils ont mis en fuite les voleurs… Mais peut-être aurait-il fallu une approche plus « organisée » des choses plus « discrète », et notamment de prévoir une souricière par la rue Mandeville », estimait Olivier Hamal , « car le modus operandi (des voleurs ) depuis des années, ce n'est pas de venir par le dessus, mais c'est de venir par le bas, par le chemin des Cailloux, par les bois environnants... »

Une manière pour Olivier Hamal de critiquer le travail des policiers liégeois ? C’est en tous cas comme ça qu’ils l’ont compris, et la Zone de Police

de Liège a tenu à réagir à ces déclarations par voie de communiqué.

"Dans sa déclaration à la Presse, M. Hamal met en doute l’efficacité et la rapidité du travail policier lors des faits commis vendredi dernier sur le site.

La Zone de Police de Liège regrette ces déclarations et tient à apporter quelques précisions."

 « La Zone (de police) a été informée d’un vol en cours sur le site par téléphone par le gardien à 21h17. A 21h19, tout en gardant le requérant en ligne, 5 équipes, dont le PAB (le Peloton Anti-Banditisme) et l’équipe canine, ont été envoyées sur les lieux. Arrivées rapidement sur place, ces équipes ont mis en fuite les auteurs. »

 Le communiqué explique que de nombreuses recherches ont été effectuées sur place et aux alentours. Plusieurs véhicules ont sillonné le quartier, tandis que des policiers fouillaient les bois à proximité. Ces recherches ont permis de retrouver une partie des éléments volés ainsi qu’«une pièce à conviction ».

 Le communiqué précise qu’une enquête est actuellement en cours, menée par la Brigade judiciaire. Les enquêteurs travaillent notamment sur « l’analyse des caméras utilisées pour la surveillance de la voie publique. »

 S'il est vrai que les auteurs n’ont pas été interceptés, « malgré la rapidité de réaction et d’intervention des services d’urgence de la Zone de Police de Liège », une enquête est bien en cours, et permettra, c'est l'espoir partagé par tous, d’identifier et d’arrêter le ou les auteurs. 

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte