RTC

Heureux hasard pour des astronomes de l'ULiège !

Photo d'illustration - © Pixabay
 29 juin 2021 11:28   Liège


Alors qu'ils observaient le passage de deux planètes devant leur étoile, Nu2 Lupi, les astronomes de l'Uliège ont pu assister, de manière inattendue, au passage de la troisième planète de ce système devant l'objectif du satellite CHEOPS de l'Agence spatiale européenne (ESA), a annoncé lundi l'ULiège dans un communiqué. Un fait exceptionnel car, en raison de la longue durée de son orbite, il était hautement improbable d'observer cette planète.

Découvert en 2019 par l'Observatoire européen austral (ESO), Nu2 Lupi est un système planétaire situé dans la constellation du Loup (Lupus), à environ 50 années-lumière de notre système solaire. Il est composé d'une étoile, qui ressemble à notre Soleil, autour de laquelle gravitent trois planètes nommées Nu2 Lupi b, c et d.

L'observation de Nu2 Lupi d a eu lieu alors que les chercheurs étudiaient les deux autres planètes du système durant leur transit planétaire. Le transit planétaire, le moment où la planète passe devant son étoile, est une occasion idéale pour étudier l'atmosphère, l'orbite, la taille et l'intérieur d'une planète. En effet, lors de son passage, celle-ci va bloquer une partie infime mais détectable de la lumière émise par son étoile. C'est cette baisse de luminosité qui a permis de repérer la présence de la planète d.

Grâce aux mesures de haute précision du satellite CHEOPS, l'équipe de chercheurs européens a découvert que cette planète avait un rayon d'environ 2,5 fois celui de la Terre et qu'elle mettait un peu plus de 107 jours pour faire le tour de son étoile. Grâce aux observations d'archives des télescopes terrestres, ils ont aussi pu déterminer qu'elle avait une masse de 8,8 fois celle de la Terre.

Ce genre de planète orbite en général autour d'étoiles trop faibles pour permettre des observations détaillées, mais Nu2 Lupi est assez brillante et relativement proche de la Terre. "Compte tenu de ses propriétés globales et de son orbite, la planète d est une cible particulièrement favorable pour étudier une exoplanète avec une atmosphère tempérée autour d'une étoile similaire au Soleil", se réjouit Laetitia Delrez, chargée de recherches FNRS au sein des unités de recherches Astrobiology et STAR de l'Université de Liège et auteure principale de cette nouvelle découverte. "C'est un objet exceptionnel sans équivalent connu, et certainement une cible en or pour de futures études."

Grâce aux nouvelles données de CHEOPS et aux archives d'autres observatoires, les chercheurs ont pu déterminer que la planète b était plutôt de type rocheuse alors que c et d contiendraient de grande quantité d'eau sous forme solide ou gazeuse. Cette eau représenterait un quart de la masse de ces planètes contre 0,1% pour la Terre.

Il s'agit des premiers résultats du satellite CHEOPS, une mission de l'ESA à laquelle participe l'Université de Liège. C'est également la première fois qu'une exoplanète ayant une période orbitale de plus de 100 jours est repérée en transit devant une étoile suffisamment brillante pour être visible à l'œil nu.

 

Source : Belga










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte