RTC

Inondations: attention aux salpêtres et aux champignons

 07 aout 2021 16:12   Province de Liège


L'humidité des logements sinistrés avoisine encore les 100 %. Pour la faire partir, différentes techniques existent. Les entrepreneurs conseillent de ne pas tarder avant de prendre cela en main, car des problèmes en lien avec cette humidité vont apparaître dans quelques mois si rien n'est fait. Ils soulignent qu'il ne faut pas de sécher les bâtiments en surface, mais en profondeur, sinon différentes complications risquent d'affecter la stabilité du bâtiment et sa salubrité.

Des taches apparaissent sur les murs des maisons inondées. L'humidité est le terrain idéal pour que le salpêtre et les champignons se développent. Les entrepreneurs de notre région sont appelés tous les jours par des sinistrés pour rendre des devis et des expertises. "L'apparition de ces tâches est due aux sels minéraux qui s'échappent des surfaces lorsqu'elles sèchent", indique Stéphan Jamar, un entrepreneur dans le secteur du bâtiment.

Des champignons pourraient apparaître dans quelques mois

Actuellement, le taux d'humidité avoisine les 100 %. Au fil du temps, ce pourcentage va baisser et arriver à une valeur idéale pour le développement de moisissures, de champignons des caves, ou même de la mérule qui détruit le bois dans les habitations. "Ici, elle ne va pas encore se développer, car les surfaces sont trop humides. Lorsque ça arrivera à 70 % d'humidité, le milieu sera plus favorable à son développement. Pour éviter cela, il faut bien faire sécher les matériaux et les structures primaires. Quand vous voyez des champignons qui apparaissent, il est déjà trop tard. D'où l'utilité de faire bien sécher l'habitation", détaille Francis Paquay, qui gère notamment une entreprise de construction spécialisée dans le bois.

Deux solutions pour déshumidifier, mais avant il faut tout mettre à nu

Selon ces entrepreneurs, il n'y a que deux solutions pour éviter ces problèmes :

  • louer un déshumidificateur professionnel, comme dans une maison visitée par les deux entrepreneurs à Angleur, dans laquelle il transforme 30 litres d'humidité en eau par jour,
  • aérer la maison pour permettre à l'humidité de s'échapper.

La deuxième solution coûte moins cher et surtout est plus accessible. En effet, les déshumidificateurs professionnels ne sont plus souvent disponibles. Mais quoi qu'il en soit, cela ne suffit pas. "Il faut mettre la structure à l'air libre. Le plafonnage, l'isolation, tout doit être enlevé pour faire sécher les murs et le bois des structures portantes. Si ce n'est pas fait, il risque d'y avoir des problèmes dans les prochains mois", indique Francis Paquay.

En plus des dégâts faits au bois, les champignons remplissent l'air de spores qui peuvent entraîner des problèmes de santé. Le développement de ces champignons reste rare, mais les problèmes liés à l’humidité sont nombreux: impact sur la santé, sur la stabilité du bâtiment... Les entrepreneurs de notre région vont donc avoir fort à faire dans les prochains mois, pour remettre les structures à nu et reconstruire par-dessus lorsqu’elles seront sèches. (P.J.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte