RTC

Une mise en jambe théorique pour la commission d'enquête "inondations"

Image Belga
 13 septembre 2021 10:02   Liège


Après l'audition dans la matinée de Sylvie Marique, la secrétaire générale du Service public de Wallonie (SPW) et commissaire spéciale à la reconstruction des zones sinistrées, c'est Aline Thiry, chargée de recherches au centre de recherche Spiral de l'ULiège, qui a éclairé, vendredi après-midi, les parlementaires wallons sur la gestion de crise et les planifications d'urgence.

Dans son exposé devant la commission d'enquête parlementaire, elle a notamment appelé à une réévaluation des réformes de la protection civile et des zones de secours afin de fluidifier la coordination. Selon la spécialiste, la législation actuelle relative à la gestion d'urgence, davantage conçue pour faire face à des catastrophes, n'est par ailleurs pas adaptée à des crises plus longues qui impliquent des intervenants de différents niveaux de pouvoir.

La journée s'est ensuite poursuivie - et terminée - par les auditions de Michel Pirotton et Alain Dassargues, spécialistes en hydrogéologie et géologie de l'environnement à l'Université de Liège. S'attardant sur la gestion des bassins-versants et sur le fonctionnement théorique des barrages, le premier a notamment estimé qu'il "fallait arrêter de construire en zone inondable" et "protéger les zones déjà construites".

Après deux nouvelles auditions techniques jeudi, la commission d'enquête reprendra son travail vendredi avec un représentant de l'EFAS (European Flood Awareness System), le système européen d'alerte aux inondations qui a envoyé, entre le samedi 10 juillet et le mercredi 14 juillet, 25 avertissements à tous les pays concernés par les intempéries, dont la Belgique.

David Dehenauw, chef du Service Scientifique Prévisions du temps à l'IRM et Philippe Dierickx, directeur de la Gestion hydrologique au sein du Service publique de Wallonie (SPW), seront également entendus. Pour rappel, face à l'imbroglio concernant les alertes reçues par la Région, le SPW avait précisé que seules 4 notifications EFAS sur les 24 reçues concernaient la Wallonie.

"Récemment, la presse a relevé que 25 notifications EFAS avaient été reçues par le SPW en lien avec la dernière période de fortes précipitations. L'extraction des notifications reçues fait état de 24 e-mails effectivement reçus. Neuf d'entre eux peuvent être considérés comme des doublons d'autres notifications préalablement reçues et, parmi les 15 notifications restantes, seules 4 concernent spécifiquement la Wallonie", avait ainsi détaillé l'administration quelques jours après les inondations.

 

Source : Belga










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte