RTC

RFC Seraing: Kerremans prend la responsabilité des tests Covid falsifiés

 25 mars 2021 09:03   Seraing


Seraing a témoigné mercredi auprès de l'Union belge de football (URBSFA) dans le cadre d'une enquête sur le trucage des tests au coronavirus. Le club de 1B a rejeté sa responsabilité et a affirmé que le manager de l'équipe, Peter Kerremans, avait agi de son propre chef. Kerremans, désormais licencié, l'a lui-même confirmé mercredi.

Avant le match de Coupe contre le Standard et celui de championnat contre Lommel, Kerremans a remplacé les noms d'Al Badaoui, Godart et Jallow par ceux de jeunes joueurs. Il a tenté de raccourcir la quarantaine pour les trois joueurs de l'équipe A qui, selon Kerremans, ne présentaient aucun symptôme, afin qu'ils soient aptes à jouer contre Lommel. Ironie du sort, cette confrontation a été reportée en raison d'un foyer chez les Limbourgeois.

L'affaire a déjà été révélée le 3 février lors du derby de Coupe contre le Standard (1-4). Le club de Sclessin a appris par l'entourage des jeunes de Seraing ce qui s'était passé et en a informé Seraing. La fraude de Kerremans n'a finalement pas eu de conséquences. Les trois joueurs contrôlés positifs n'étaient pas sur la feuille de match contre le Standard et le match de championnat à Lommel a été annulé.

Le coordinateur de l'enquête, Gilles Blondeau, vérifie si la tentative de falsification des matches et les faux en écriture ont été faits à l'initiative du club. Seraing ne nie pas la falsification, mais rejette toute la responsabilité sur Kerremans. Il était le teammanager de l'équipe 1B et a confirmé la version de Seraing mercredi. Il s'excuse pour cette "intuition stupide" et fait preuve de compréhension pour son licenciement. L'aveu de culpabilité de Kerremans signifie beaucoup pour Seraing.

La licence en danger ?

Les administrateurs du club ont également dû répondre devant la Commission d'enquête mercredi. S'il existe des preuves que l'un d'entre eux était au courant du faux pas de Kerremans, le club peut également être tenu pour responsable. Alors la licence serait en danger. Mais si la version de Kerremans est correcte, seul le team-manager risque une suspension individuelle.

Dès que l'enquête sera terminée, la Commission remettra le dossier au procureur fédéral Ebe Verhaegen. Il décidera ensuite si Seraing et/ou Kerremans doivent être poursuivis. Une éventuelle sanction sera imposée par le Comité disciplinaire en première instance. Il peut donc encore s'écouler un certain temps avant qu'une décision soit prise.

Source: Belga










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte