RTC

Fin des barquettes en plastique dans les crèches

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 21 novembre 2019 15:42   Liège

Depuis novembre 2018, des barquettes en plastique étaient utilisées pour contenir les repas préparés par l’intercommunale ISoSL à destination des crèches. Dès le 16 décembre ces barquettes ne seront plus en plastique. L’intercommunale ISoSL, qui produit les mille repas à destination des 25 crèches communales de la Ville de Liège, a trouvé une alternative au plastique pour contenir les repas destinés aux enfants en bas âges.

"C’est une barquette en cellulose, recouverte à l’intérieur d’un film d’amidon de maïs" explique Pauline Vereecke, diététicienne qualité chez ISoSL. "Nous avons fait beaucoup de recherches et d’essais pour trouver quelque chose d’étanche et de viable pour nous, tout en répondant aux normes de l’AFSCA."

La Ville de Liège s’était engagée, dans sa Déclaration de Politique Communale, à trouver rapidement une alternative aux barquettes en plastique dans les crèches. L’entrée en vigueur de celles-ci datait de novembre 2018, et faisait suite aux recommandations de l’AFSCA qui préconisait que les repas soient réchauffés à la crèche plutôt que d’arriver chauds sur place.

L’utilisation du plastique ne plaisait pas à certains parents. Ils avaient d’ailleurs monté un comité nommé « pas de plastique pour nos loustics » et organisaient régulièrement des actions pour demander la suppression des barquettes en plastique. Pour eux, cette nouvelle est une avancée positive.

"Quand on a lu la nouvelle ça a été l’euphorie" explique Odile Collinet, fondatrice du collectif Pas de plastique pour nos loustics. "Nous avons l’impression d’avoir été écoutés et que nos actions ont porté leurs fruits. On est soulagés de savoir qu’après 390 jours, nos enfants vont arrêter d’être empoisonnés par les perturbateurs endocriniens qui se retrouvent dans la nourriture lorsqu’on réchauffe barquettes en plastique au four à micro-ondes." 

Petit bémol, cette évolution représente un coût supplémentaire de 15 000 euros qui sera pris en charge par la Ville de Liège. Cela nécessitera aussi un changement de matériel pour l’intercommunale ISoSL.

Dans un premier temps, un film plastique continuera d’être utilisé pour recouvrir les raviers en cellulose. Mais dès le mois de janvier, il sera remplacé par un film en amidon de maïs.

 






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte