RTC

Château Dossin : Laura, Julia et des centaines d'autres personnes se mobilisent

 08 mars 2022 18:54   Oupeye


A Oupeye, l’avenir du château Dossin inquiète de nombreux riverains et amoureux du patrimoine. Ils se mobilisent contre un nouveau projet immobilier, qui prévoit le construction plus de 80 appartements dans le parc du château.

Laura  et Julia Verhaegh sont parmi les personnes les plus actives dans cette mobilisation citoyenne. Les deux jeunes femmes ont habité les lieux durant plusieurs années. Elles avaient répondu à une petite annonce du propriétaire d'alors, qui cherchait un concierge pour garder le bâtiment et entretenir le parc. La propriété a été revendue, et les deux jeunes femmes ont poursuivi leur vie ailleurs. Mais quand elles ont pris connaissance du projet immobilier devait prendre place dans cet espace, elle se sont aussitôt mobilisées, convaincues de l'intérêt de préserver ce espace, "un des rares endroit qui présente un magnifique parc avec une grande variété d'essences d'arbres, entre Maastricht et Liège, s'enthousiasme Julia Verhaegh. "C'est aussi un bel exemple de château de style renaissance mosane, qui présentait de très belles boiseries, en tous cas jusqu'en 2019."

Le nouveau propriétaire, promoteur immobilier, avait introduit une première demande de permis de construction, avec 4 bloc d'immeubles à appartements. Le château devait être transformé pour accueillir des logements. Ce projet a été refusé par la commune en 2019, notamment en raison d'une trop grande hauteur des bâtiments. Le promoteur a revu sa copie et a introduit un nouveau projet, dans lequel il n'est plus question de modifier le château. Le nombre d'appartements a été revu à la baisse, passant de 103 à 83 appartements.

L’association de défense du patrimojne PATRIVALIA n'est guère plus convaincue par cette nouvelle demande qu'elle ne l'était de la première.

"La surface des immeuble n'a pratiquement pas changé, des parking sont prévus en sous-sol, mais nous sommes en bord de Meuse, avec d'évidents risques d'inondations," commente Olivier Carpentier, le président de l'asbl.

Quant au château, Olivier Carpentier craint que le promoteur cherche à le raser une fois qu’il sera devenu irrécupérable : "des tuiles manquantes sur le toit n'ont pas été remplacées, des panneaux de bois occultent complètement le rez-de-chaussée et le premier étage. L'humidité s'infiltre dans les murs, les champignons s'y développent et si on laisse les choses aller, le bâtiment sera vite irrécupérable", prévient Olivier Carpentier. "Le promoteur pourrait alors élever un immeuble à appartement juste face à la Meuse..." ajoute-t-il. 

L’état du château inquiète également la commune d’Oupeye. Si un permis de construire devait être délivré, l’échevine de l’urbanisme, Hélène Lombardo, prévient : "il n'y aura pas de permis accordé pour projet sans qu'il ne soit soumis à une obligation de réhabiliter le château".

A l'intérieur, l'état du château a vraiment de quoi inquiéter ; certains des planchers sont encombrés des débris des plafonds qui se sont effondrés au sol, les marbres des cheminées ont été arrachés...

 L’enquête publique se termine le 14 mars. Des centaines de signatures ont déjà été récoltées pour s’opposer à ce projet.

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte