RTC

Tram : des tests sur les rails et les parties en herbes

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 06 novembre 2019 16:19   Liège

Le chantier du tram à Liège est aussi un chantier où sont appliquées des solutions innovantes. Ainsi, depuis plusieurs mois, deux voies du tram sont installées dans la région. Elles sont là pour tester et valider des solutions techniques, dont certaines ont été imaginées par le département liégeois de la société Colas.

Concernant notamment les parties enherbées de la ligne.

 Pour un tiers des 11 km 700 de son parcours, le tram de Liège circulera sur des zones enherbées, une solution esthétique, source d'apaisement dans la ville, et plutôt intéressante d'un point de vue environnemental, notamment pour la réduction des bruits et le maintien de la biodiversité.

Au-delà de ces avantages, les passages enherbés du tram de Liège réduiront les vibrations générées par les rames. Les fondations y seront plus légères, moins bétonées grâce à une innovation technique imaginée il y a une petite dizaine d'années par le groupe Colas.  Sur ces parties "vertes", les rails reposent en fait en grande partie sur une structure de terre végétale. Cela veut dire moins de béton, moins de vibrations. 

 

Ces supports de rails d'un genre particuliers présentent un autre intérêt : ils économisent l'eau nécessaire au maintien en bonne forme des pelouses. La terre végétale se trouve au centre des rails, et de part et d'autre de ceux-ci. Elle garde l'humidité propice à la bonne santé des pelouses. Sur ce site de test appelé "démonstrateur", on essaye aussi différents type de graminées pour déterminer celles qui seront les mieux adaptées au climat liégeois

 

Sur ces démonstrateurs, on teste aussi depuis peu un système d'arrossage enterré, une autre innovation, venue d'Israël cette fois. Elle pourrait éviter les dégradations par rapport à des arroseurs classiques, et aussi permettre une gestion très fine des besoins en eaux.

Le test est prévu sur plusieurs semaines avant une éventuelle validation pour le chantier liégeois

 

Alain W






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte