RTC

Action syndicale à l'Institut Royal pour Handicapés de l'Ouïe et de la Vue

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 23 novembre 2020 11:00   Liège


Ce lundi matin, des délégués de la CGSP enseignement ont distribué des masques aux enseignants de l'IRHOV, l'Institut Royal pour Handicapés de l'Ouïe et de la Vue, rue Monulphe à Liège. L'objectif étant de demander un renforcement des mesures sanitaires contre le propagation de la covid 19 dans l’enseignement spécialisé et la mise en place de protocoles permettant de limiter la propagation du virus entre les étudiants .

Cette action fait suite aux décisions du comité de concertation ayant qualifié l'enseignement d'essentiel et à la circulaire de la ministre francophone de l'Enseignement obligatoire, Caroline Désir. Durant une heure, le syndicat a distribué à ses propres frais des masques FFP2 aux membres du personnel à l'entrée de l'établissement. "Il s'agit d'une action de sensibilisation, beaucoup d'enseignants nous ont interpellés car ils se sentent en danger, ils ont peur d'être contaminés lorsqu'ils sont en contact avec leurs élèves qui ne portent pas le masque pour dispenses médicales, comme c'est souvent le cas ici", précise Luc Toussaint, secrétaire régional CSGP. C'est pourquoi le syndicat demande que soit fourni le matériel de protection adéquat pour les enseignants. "Il est du devoir de ceux qui ont en charge l'organisation de l'enseignement de fournir aux travailleurs de l'enseignement le matériel de protection", ajoute le secrétaire régional. Le personnel n'a reçu que quatre masques en tissu pour se protéger. Or, dans cet établissement spécialisé, la distanciation sociale n'est pas possible à respecter et le risque de contagion est élevé, d'où l'intérêt du port du masque FFP2 qui offre une bien meilleure protection, souligne l'organisation syndicale. "La circulaire n'est pas adaptée à notre enseignement", ajoute le délégué Serge Vanderveeren. "On a des enfants sous certificat médical qui ne portent pas le masque et qui viennent cinq jours. Quand on travaille, il arrive que l'on soit collé à eux. Ces enfants, âgés de 14 à 21 ans, diffusent le virus autant que les autres."D'autres actions similaires auront lieu devant d'autres écoles cette semaine en région liégeoise.










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte