RTC

Ardentes/agriculteurs: terre de musique ou pommes de terre ?

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 22 janvier 2020 10:55   Liège


Comme nous l'avons déjà évoqué par le passé, le festival "Les Ardentes" déménage de Coronmeuse à Rocourt, où doit se tenir l'édition 2020 début juillet. Cette décision ne fait pas que des heureux et des agriculteurs, qui exploitaient jusqu'à présent les terrains du nouveau site de l'événement, l'ont fait savoir. Comment ? Et bien, en retournant les terres avec plusieurs tracteurs mardi matin...

Pour ces cultivateurs, il s'agissait avant tout d'une opération nécessaire s'ils désirent pouvoir planter des pommes de terre dans le courant du mois d'avril. Le hic c'est que l'organisation des Ardentes venait de semer ce qui devait devenir la future pelouse du festival, un investissement d'environ 30.000 euros. 

L'objet du contentieux est l'exploitation du site de 25 hectares, situé rue de la Tonne à Rocourt. La majorité des terrains appartient à la SWL, la Société Wallonne du Logement, et 4 hectares sont propriétés de la Ville de Liège. La famille d'agriculteurs représentée par Maître Philippe Levy estime être en droit d'agir de la sorte en raison d'une convention d'exploitation datant de 1984. Ce document autorise les agriculteurs à disposer des terres en question. Il a été signé par la Société Nationale Terrienne, l'ancêtre de la SWL. Maître Lévy se base sur l'existence de cet écrit pour défendre ses clients qui s'opposent à une procédure d'expulsion de la SWL lancée en octobre dernier.

Selon cette version, le locataire des terres du site de la rue de la Tonne serait toujours bien la famille d'agriculteurs et ce jusqu'à la prochaine récolte. Hors, la SWL a entre-temps fait des Ardentes son nouveau locataire. C'est bien le noeud du problème...

Pour l'heure, les Ardentes ont obtenu du Tribunal des Référés une ordonnance interdisant aux agriculteurs de toucher au terrain sous peine d'astreintes. Quant au bras de fer, il ne sera pas réglé sur le champ, la Justice de Paix a convoqué une audience le 6 mars prochain.










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte