RTC

Machines, technologie et phytosanitaire au centre de la journée interprofessionnelle du Bio

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 05 juillet 2019 16:24   Grâce-Hollogne

L’agriculture biologique est en plein essor en province de Liège et ce notamment grâce à la multiplication des exploitations maraichères. Aujourd’hui, les acteurs du secteur Bio se réunissaient à Horion-Hozémont, pour la journée interprofessionnelle Bio.

Au programme ? des conférences et des démonstrations de matériel agricole durant une bonne partie de l’après-midi.  

Cette manifestation est  organisée pour la sixième fois par le département agriculture de la Province de Liège et le Centre Provincial Liégeois des productions végétales et maraîchères (CPL-Végémar). Elle connait un succès grandissant.

"C’est pour présenter au monde professionnel toute l’évolution qu’a connue le secteur du biologique ces dernières années" explique Benoît Heens, directeur du CPL-Végémar. "Le secteur va encore connaître des évolutions à l’avenir car il y a énormément de développement technologique. On va de plus en plus aller vers ce qu’on appelle de l’agriculture de précision."

Le Bio et ses techniques ont beaucoup évolué en quelques année. Le secteur en est plein boum en province de Liège. Ici, les différents acteurs du secteur se rencontrent, échangent et s’informent. 

"Les échanges sont toujours très importants" déclare Charles-Albert de Grady, agriculteur bio qui accueille la manifestations dans sa ferme. "On apprend tous des erreurs des autres et de celles qu’on fait soi-même. J’ai beau être dans l’agriculture bio depuis 2009, je fais encore des erreurs aujourd’hui. Pouvoir voir comment font les autres est très important pour s’améliorer."

L’agriculture biologique se développe et a un bon rendement en Wallonie. Mais les producteurs sont encore trop souvent confrontés à un secteur de la grande distribution préférant acheter du bio à l’étranger plutôt que localement. C’est sur ce point que le secteur devra travailler dans les années à venir. 

 






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte