RTC

Le lait bio au même prix que le lait non bio, des producteurs nous expliquent

 16 mai 2022 16:36   Sprimont


Parmi toutes les augmentations de prix liées à la situation actuelle, il y a le prix du lait. Il est directement lié aux matières premières qu’il faut pour le produire comme le carburant ou les grains. Pourtant, le prix du lait bio reste quant à lui assez stable.

Entre le mois de mars 2021 et 2022, le prix du lait conventionnel a crevé les plafonds. On parle ici d'une augmentation de 14,16 € pour 100 litres.  En cause, l’augmentation des coûts de production. "Le prix du lait est très intéressant pour nous. On ne pensait jamais arriver à ce prix-là. En parallèle, le prix du gasoil, de l'alimentation des vaches ou encore des engrais a augmenté, ce qui ne fait pas notre affaire", Alain Collienne, producteur de lait conventionnel.

Résultat: même si le prix de vente de son lait augmente, Alain ne gagne pas forcément plus d’argent. Heureusement, en Belgique, l’augmentation a suivi les coûts de production permettant aux producteurs de tenir. Ce n’est pas le cas partout en Europe. "En fait, en France, le prix du lait n'a pas augmenté, pourtant les coûts de production oui. Ça fait qu'il y a beaucoup d'éleveurs qui mettent la clé sous la porte. La France est un des plus gros producteurs du continent. On pourrait bientôt être face à une pénurie, si le nombre de producteurs ne cesse de diminuer", souligne Alain Collienne.

Une production bio du même village avec une tout autre réalité

Toujours à Sprimont, à 500 mètres de la ferme d'Alain, se dresse une ferme bio tenue par le frère d’Alain. Malgré leur proximité, la situation y est très clairement différente. En effet, le prix du lait bio a augmenté quant à lui de 3,81 € pour 100 litres en un an. Derrière cette faible augmentation, il y a cette production biologique, moins sensible à la spéculation des marchés mondiaux. "Par exemple, dans ce sceau, on trouve des pois, des fleur de chardon et des grains. Je produis tout ça juste à côté de mes vaches. En fait, ce que vous voyez là, c'est une production de 2021, donc ça veut dire que nous produisons toujours en utilisant des composantes séchées récoltées l'année dernière", souligne Daniel Collienne.

En plus de les produire lui-même, Daniel les transforme dans sa ferme. Pour lui, pas de doute, l’avenir se situe dans le local et le bio, moins sensible aux changements du marché. "Les coûts de production ont changé pour l'élevage bio, mais beaucoup moins que pour l'élevage conventionnel. Par exemple, les engrais ne sont pas produits à partir du pétrole. Quant à nous, nous produisons notre engrais nous-même. C'est un exemple parmi d'autres", explique-t-il.

Actuellement, le prix du lait bio et celui du conventionnel sont plus ou moins égaux. Cependant, cette égalité ne se ressent pas encore dans beaucoup de magasins étant donné que les contrats d’achat sont généralement conclus pour une année au minimum. Si la situation perdure, il se pourrait donc que les consommateurs soient face à du lait bio qui coûte le même prix que le lait conventionnel dans leur magasin. (P.J.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte