RTC

Les éleveurs face à des coûts de production trop importants

 07 mai 2022 16:39   Faimes


Ce samedi, à Faimes, un événement autour du Blanc-Bleu-Belge était organisé à la ferme Laruelle. Le but de la journée était de découvrir cet élevage local, mais aussi d'en apprendre plus sur ce métier qui s'avère très complexe en cette période. En effet, sur place, le public a pu participer à des débats autour de notre consommation de viande et de produits locaux en général.

Du blanc bleu belge tout droit sorti de l’élevage de Manu Laruelle. Cet éleveur faimois a invité les curieux à découvrir sa ferme et ses méthodes d’élevage. Le but montré le savoir-faire de nos éleveurs et discuter de la situation complexe dans laquelle ils se trouvent actuellement. "Si on augmente le prix de la viande, il faut bien comprendre que c'est à contrecœur. C'est parce que tous les coûts de production augmentent. Tout ce qu'on doit acheter pour s'occuper des vaches a augmenté", s'attriste Manu Laruelle, éleveur de Blanc-Bleu-Belge.

Les conséquences de la guerre en Ukraine et de l’inflation sur les éleveurs sont nombreuses. On parle d'augmentation du prix du grain, de l’énergie et des matériaux, mais aussi de changements de consommation de la part des clients. "Avec toutes ces crises à répétition, les clients sont moins enclins à payer des pièces de viande nobles. Malheureusement, ce sont elles qui rapportent le plus aux éleveurs. Les gens se rabattent sur des parties moins nobles de l'animal", analyse Sabine Laruelle, l'ancienne ministre wallonne de l'Agriculture, qui avait fait le déplacement pour débattre de ce sujet avec les consommateurs.

Pour les aider à traverser cette période complexe, le soutien des consommateurs est la clé. Le but de l’événement était donc également de redorer l’image de la viande et plus spécifiquement celle du blanc bleu belge. "Il y a de bons et de mauvais éleveurs. Ici, on est dans un bon élevage, la viande y est extrêmement bonne. On ne peut donc pas simplement s'arrêter à une seule expérience avec le Blanc-Bleu-Belge, il faut en goûter du bien élevé et du bien préparé", juge le chef cuisinier et ancien candidat de Top Chef Julien Lapraille. Avec cet événement, Manu Laruelle espère qu’à leur prochain barbecue, les consommateurs seront plus enclins à acheter local pour soutenir ces éleveurs de la région, touchés par la crise de plein fouet. (P.J.)








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte