RTC

Luc Partoune, pilote de Liege Aiport pendant 27 années

 10 fevrier 2021 15:10   Liège


Luc Partoune est arrivé à la tête de l’aéroport de Liège en 1994. L'homme a fait ses classes dans les cabinets ministériels du PSC, où il a travaillé pour Michel Hansenne, ministre de l’emploi et du travail, pour Albert Liénard, ministre wallon du développement territorial ou encore pour Armand Dalem, ministre régional du transport.

C’est à cette époque, au début des années 90, dans un contexte de reconversion économique rendue nécessaire avec le déclin de la sidérurgie, que germe l’idée de transformer l’aérodrome militaire de Bierset en un aéroport orienté vers des activités de transports de marchandises.

En 1994, Luc Partoune dépose donc ses valises au bord du petit aérodrome de Bierset, avec l’ambition d’en faire un pôle économique, organisé autour du transport de fret

En 1998, l’aéroport de Liège ouvre ses pistes à TNT, un géant du secteur du fret. C’est le début des vols de nuit, qui susciteront tant de colère de la part des riverains incommodés. Plus de 10.000 logements sont isolés pour atténuer le bruit de ces vols, essentiellement nocturnes. Les terrains rachetés aux habitants et aux militaires sont reconvertis en zone économique.

En novembre 2002, Luc Partoune passe au Parti socialiste. Il figure à la 11e place sur la liste de la Chambre, conduite par Michel Daerden, et poussée par José Happart.

Les pouvoirs public investissent massivement dans le développement de l’aéroport de Liège. Plusieurs compagnies aériennes s’y installent. Des emplois sont créés. Et c’est bien Luc Partoune qui incarne alors la réussite de cette reconversion.

Un premier scandale arrive en 2009 : le directeur financier de Liege Aiport, Mario Di Paolo, dénonce aux administrateurs les dépenses privées de Luc Partoune avec la carte visa de l’aéroport : un frigo livré à domicile, des travaux dans son jardin, des achats divers... Le directeur financier est rapidement licencié pour incompétence, mais l’enquête judiciaire conduit à l’inculpation de plusieurs administrateurs, avec des préventions de faux, usages de faux, détournements d’argent public et abus de biens sociaux… Luc Partoune et plusieurs prévenus obtiennent une transaction pénale, qui leur permet d’échapper au tribunal correctionnel et à d’éventuelles peines de prison.

 En 2018, Luc Partoune refuse que son salaire annuel de 430 000 euros soit ramené à 260 000 euros, une mesure pourtant décidée par le conseil d’administration de Liege Airport pour se conformer au décret gouvernance. Luc Partoune attaque son employeur au tribunal de travail de Liège, pour lui réclamer des arriérés de rémunérations, avec dommages et intérêts. En vain : il est débouté.

L’aéroport continue son développement. En 2018, le groupe AliBaba confirme son intention d'y installer sa plateforme européenne. En 2020, l’aéroport est choisi par l'OMS comme hub de référence pour l'Europe, et est élu ,par les opérateurs du secteurs, "Meilleur Aéroport cargo au monde pour l'année 2020".

 Ce mardi 9 février 2021, Luc Partoune a été licencié pour faute grave, une décision prise à l'unanimité du conseil d'administration. La mission d’audit menée par le bureau Deloitte au sein de l’aéroport liégeois - à la demande Nethys, le principal actionnaire de l’aéroport - aurait mis au jour des irrégularités dans la comptabilité de Liege Aiport. On évoque des emplois fictifs, des contrats de consultance accordés sans marché public, des notes de frais sans justificatifs...

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte