RTC

Hybridation des cours pour une rentrée sous code rouge

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 16 novembre 2020 15:58   Liège


Ce lundi, les élèves du secondaire reprenaient les cours. Une rentrée sous code rouge qui se caractérise par un système d'hybridation pour les secondaires du 2ème et 3ème degré. Cinquante pourcents de leur cours sont donnés en présentiel, le reste à distance.


Après un congé de Toussaint prolongé, les élèves de 4ème technique de qualification en Techniques sociales et d’animation du centre d’enseignement libre S2J sont de retour sur les bancs de l’école.


"Je suis contente" déclare Marwa, élèves de 4ème technique de qualification en "Techniques sociales et d’animation". "Je vais pouvoir avancer dans la matière. Je pense que c'est une très bonne initiative."


Pour cette rentrée sous code rouge, où la principale contrainte est de n’avoir que 50% maximum des élèves en même temps sur le site de l'école, un système d’alternance entre les classes a été préféré à l’idée d’une division ou d'un dédoublement de chacune de celles-ci, comme cela avait été le cas au mois de juin.


"On a assez vite fait le choix de séparer les élèves en deux groupes" explique Marc Belleflamme, directeur du centre d'enseignement libre S2J. "On retrouve grosso modo les élèves du deuxième degré dans un groupe, ceux du troisième dans l'autre. Le premier groupe vient les deux premiers jours de la semaine, l'autre vient les trois jours qui restent. La semaine suivante, c'est l'inverse."


Les horaires de cours restent pratiquement inchangés, qu’ils soient donnés à distance ou en présentiel. Les professeurs sont à l’école et passent de leur classe avec des élèves à une salle réservée pour donner les cours à distance qui prennent la forme de vidéo-conférences, d'exercices à rendre par mail, ou bien de "chat" en direct avec les étudiants.  


"La difficulté première c'est que dans le cas d'un chat par exemple, on n'a pas de contact visuel" explique Aloys Piette, professeur de langues modernes au S2J. "On ne sait pas forcément qui est derrière son ordinateur ou non. Il y a des élèves qui ne sont pas là. Je vois au fur et à mesure qui rend les travaux, mais je ne saurai que ce soir si tout le monde a fait le devoir demandé. Après, il faudra rappeler à l'ordre ceux qui ne l'ont pas fait."


L’enseignement à distance a fait son entrée en scène avec la pandémie. Mais le présentiel reste primordial pour les étudiants. Avec ce système d’hybridation, un équilibre semble avoir été trouvé.


La crainte des enseignants dans cette situation, c’est le décrochage scolaire. Une attention particulière sera portée à maintenir tout le monde à bord dans les cinq prochaines semaines, au minimum. Car dans cette école on s’attend à voir se prolonger cette situation au moins jusqu’au printemps.










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte