RTC

Le corps d’une adolescente retrouvé à Ougrée : elle a été victime de "grooming"

 09 janvier 2023 16:41   Seraing


Le corps d’un homme de 37 ans a été retrouvé pendu ce vendredi matin à Plainevaux. Il se serait suicidé à l’aide d’une ceinture. Un peu plus loin, dans sa voiture, une fillette de deux ans et demi a été retrouvée saine et sauve. 

Plus tard dans la journée de vendredi, le corps sans vie d’une adolescente de 14 ans a été retrouvé au bord d’un sentier du bois d’Ougrée. Les victimes sont deux soeurs originaires d’Anderlecht, elle étaient signalées disparues depuis jeudi. 

L’homme était originaire de Seraing et connu de la justice pour un incendie volontaire, il aurait contacté la jeune fille de 14 ans via Snapchat et lui aurait promis de l'emmener faire du shopping, selon une source policière proche du parquet. 

Victime de "grooming" 

Ce type d’approche relève du “grooming” ou hameçonnage, une pratique utilisée par les prédateurs sexuels sur les réseaux sociaux. 

“C’est une pratique à la prise de contact par un adulte dans le but d’avoir des faveurs de cet enfant. Soit c’est un échange de photos pédopornographiques, ou alors ça peut aller jusqu’à la rencontre. Pour cela, l’adulte va se faire passer pour une personne de confiance, quitte à se faire passer pour une personne mineure”, explique Alain Crudenaire, animateur et chargé de projet chez Latitude Jeunes. 

Les jeunes adolescents sont particulièrement vulnérables à cette technique de manipulation. Pour y faire face, il est conseillé aux parents d’accompagner leur enfant dans leur découverte du numérique : "Il faut être présent ou présente avec l’enfant lors de sa découverte des réseaux, mais aussi l’avertir sur les dangers. Il ne faut pas hésiter à garder cette relation de confiance avec lui, dans l'apprentissage et la découverte, et lui dire ‘Si tu as un doute, n’hésite pas à venir vers moi’, ‘Est-ce que quelque chose t’as mis mal à l’aise ?’, etc. Parce qu’une des étapes des personnes, ça va être d’isoler et de dire ‘C’est notre secret’. Du coup, si l’enfant commence à vite fermer son smartphone ou la tablette pour éviter que le parent ne voit, ça peut être l’indicateur de quelque chose”. 

L’affaire reste floue à ce stade et l’enquête se poursuit. L’autopsie de l’adolescente a eu lieu ce lundi et devrait apporter de nouveaux éléments. Le parquet communiquera mercredi sur cette affaire. 

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte