RTC

Le CHR est prêt pour accueillir les cas de coronavirus critiques

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 13 mars 2020 14:46  


Le calme avant la tempête? Cette semaine au CHR de la Citadelle, on se prépare. Les prochains jours risquent d’être plus agités. Car les cas critiques de coronavirus devraient arriver prochainement.

“Avec ce qu’on sait d’Italie et de Chine, on estime que jusqu’à 20 % des patients devront être hospitalisés et 5%  nécessiteront des soins intensifs, explique François Pitance, médecins des soins intensifs au CHR de la Citadelle. Les symptômes évoluent au cours du temps et c’est vrai que la gravité de la maladie, après une semaine, commence à devenir parfois plus sévères. Donc, on s’attend au vu du nombre de diagnostics actuels en Belgique à avoir de plus en plus de patients hospitalisés.”

C’est que la maladie du Covid-19 peut évoluer vers une pneumonie et provoquer une détresse respiratoire sévère. Pour y faire face, deux techniques peuvent être utilisées: le respirateur et l’ECMO, soit l’oxygénation par membrane extra-corporelle.

Le respirateur vise à assurer une ventilation artificielle des poumons, à travers l’introduction d’un tuyau dans la trachée du patient. “On peut ainsi contrôler parfaitement l’échange de gaz et soulager le travail respiratoire, car la machine fait une partie du travail.”

Mais le respirateur peut être insuffisant. Les médecins peuvent alors décider d’utiliser l’ECMO. Cette machine permet de court-circuiter les poumons, en circuit extérieur. Concrètement, on aspire le sang du patient par la veine fémorale. Le sang est alors oxygéné - et le gaz carbonique enlevé - grâce à la machine. Le sang oxygéné est alors réinjecté au patient par sa veine jugulaire.

Ce monstre de technologie, peut également être utilisé pour pallier à l’activité cardiaque et remplacer ainsi à la fois le coeur et les poumons. L’objectif des appareils est clair: suppléer aux fonctions vitales du patient. En effet, il n’existe pas actuellement de traitement pour le virus, rappelle le médecin. “On attend donc que l’orage passe, que le système humanitaire fasse son travail et arrive à lutter contre le virus.”

Le CHR dispose de trois ECMO. Plusieurs autres hôpitaux dont le CHU en détiennent également. Les médecins sont donc prêts à recevoir les patients.










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte