RTC

Potagers à Bressoux : les usagers imprégnés de métaux lourds

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 10 janvier 2019 12:55   Liège

Il y a un an et demi, des prélèvements de sol du plus grand potager collectif de Bressoux confirmaient une pollution aux métaux lourds. La question se posait alors de savoir si la santé des usagers avait été mise en danger. Un biomonitoring sur 93  utilisateurs du potager a été réalisé par le Service Public de Wallonie dans le cadre de son projet Sanisol.

Mercredi soir, une réunion publique d’information avait lieu pour livrer les résultats de cette étude. Ils montrent une imprégnation importante des usagers à certains métaux lourds.

"La population étudiée est surexposée à l'arsenic et au cadmium " explique Suzanne Remy, responsable de la cellule Évaluation Risques Environnement et Santé de l'Institut scientifique de service public (ISSEP). "Ce sont quand même deux substances qui peuvent avoir un impact sur la santé. Donc, le risque est présent. Mais cela ne veut pas dire non plus que les personnes sont malades ou risque de l'être". 

En Belgique, seules cinq personnes sur cent sont concernées par un dépassement du taux normal de cadmium dans l’organisme. Sur l’échantillon d’usagers des potagers de Bressoux, l’étude révèle que 55 personnes sur les 93 étudiées dépassent le taux de référence.

Si l’imprégnation semble importante pour le cadium, l’arsenic, ou le plomb à Bressoux, les autorités wallonnes ne se veulent pas alarmistes pour autant. Le lien entre la consommation des légumes cultivés à Bressoux et les métaux retrouvés chez les participants à l’étude n’est pas encore scientifiquement établi.

"Il faut être clair. Pour l'instant on a mis en évidence une imprégnation des jardiniers, mais on a pas encore établi de lien avec leur production et la consommation de celle-ci" déclare Pol Gosselin, responsable de la cellule Environnement et Santé du Service Public de Wallonie. "Ce qui veux dire qu'actuellement, les recommandation qui avaient été émises en 2017, lors de l'analyse des sols restent d'application. Il s'agit principalement de favoriser certaines production plutôt que d'autres."

La Région préconise également d’éviter d’amener des enfants en bas âge sur le site.

D’autres études complémentaires sont en cours pour déterminer l’origine exacte de la présence de métaux lourd dans l’organisme des personnes fréquentant le "Coin de Terre". Les résultats de celles-ci seront rendu publics à la fin du mois de mars. En attendant, chacun est libre de faire ce qu’il veut avec ses légumes.

"Je continuerai à manger ce que je produit" explique Nicodemo Larosa, usager des jardins. "Rien ne prouve pour le moment que ces substance que nous avons dans le corps viennent de nos légumes. On retrouve ces substances en nous, mais cela pourrait venir d'ailleurs. Le jour où on prouvera noir sur blanc que cette imprégnation vient bien des légumes, alors j'arrêterai de les manger."

D’autres usagers comme Aurore Claessens, mère de deux enfants, ont décidé de stopper la culture de leur parcelle et la consommation de leurs légumes après avoir eu connaissance des résultats du biomonitoring.

"C'est à contre coeur que je le fais, mais j'arrête de cultiver à cet endroit" explique Aurore. "Nous sommes une famille de quatre personnes. Les deux adultes atteignent des taux de vigilance concernant l'arsenic dans les urines. Les deux enfants, qui ont 6 et 7 ans, sont à des taux dits d'interventions. Evidemment, c'est pour eux en particulier que je m'inquiète." 

La Ligue du Coin de Terre de Bressoux et les autorités communales ont la volonté est de maintenir ce type d’outil. Les parcelles cultivées sur les six hectares appartenant au Logis Social de Liège ont en effet un rôle social. Elles permettent également aux cultivateurs de réduire leurs dépenses alimentaires.

Plusieurs pistes, dont la dépollution du sol, sont étudiées pour l’avenir du site.

"Si on ne sait pas dépolluer le site, ou si cela revenait trop cher, nous avons aussi d'autre options" explique Willy Demeyer, Bourgmestre de Liège. "On pourrait préconiser la culture hors sol, c'est à dire en bacs ou en jardinières. Pour les personnes intéressées, on peut également chercher un autre terrain dans les environs.

Pour les jardiniers qui ne désireront pas consommer leur production, des compensations ont été mise en place par la Région Wallonne. La location de leur parcelle leur sera remboursée, et les légumes récoltés pourront être rachetés, afin de permettre à ceux qui comptaient sur ces réserves de nourriture de se fournir en légumes ailleurs.






Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte