RTC

Violences conjugales et confinement, Liège prend ses dispositions

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 11 avril 2020 17:49   Liège


Qu’elles soient psychologiques ou physiques, les violences conjugales et familiales prennent de multiples formes et se caractérisent souvent par l’isolement de la victime par l’auteur de celles-ci. Le confinement comme on le vit actuellement est donc un facteur aggravant du phénomène. 

"Le confinement c’est l’isolement social, c’est son principe" explique Jean-Louis Simoens, coordinateur de la ligne téléphonique Écoute violences conjugales. "Par lien d’analyse, le réseau professionnel est une protection. Une victime de violences conjugales, lorsqu’elle a un emploi est en partie protégée par celui-ci. Une victime qui a la possibilité de voir ses amis, sa famille, ses proches, est protégées par ces liens sociaux. Ce qu’on observe avec le confinement, c’est que ces dispositifs de protection disparaissent."

Sur la ligne téléphonique gratuite Écoute violences conjugale on dénombre d’ailleurs trois fois plus d’appels qu’en temps normal. Une augmentation dur à la multiplication des situations de crises et d’urgences, mais aussi à l’inquiétude de proches de victimes. 

Dispositions liégeoises

À Liège, les autorités communales et la commission Femme et Ville ont mis sur pied un plan  impliquant  les pharmaciens et les libraires, afin de venir en aide aux victimes confinées et bloquées avec leurs agresseurs. Ces commerçants de proximité deviendront une première oreille et une sorte de sentinelle pour les victimes de violences conjugales.

"On s’est dit que finalement ils restaient les quelques commerces ouverts où les victimes seraient susceptibles de se rendre" explique Marie-Paule Henry, présidente de la commission Femmes et Ville. "Ce sont des commerçants de proximité, qui dans beaucoup de cas connaissent assez bien leur clientèle. Ils ont l’habitude d’échanger, connaissent un peu la vie de chacun. Les gens se livrent souvent à leur pharmacien ou leur libraire. Ils pourront être un relais, une personne-ressource pour aider les victimes. Nous leur avons fourni les coordonnées des associations et organisations à contacter en cas de besoin."

Pharmacien(ne)s et Libraires, les confidents du confinement

La mise en place de ce projet s’est faite en accord avec les commerçants concernés. L’initiative est favorablement reçue.

"Nous sommes un peu les confidents de nos clients" explique  Brigitte Batis, pharmacienne. "Ils viennent souvent chez nous avec des problèmes intimes. Ils ont l’habitude de nous en parler. Je pense qu’ils n’auront pas de difficultés à nous confier certains éléments de violence, que cela soit entre conjoints, avec les parents,… Je pense que cela se fera naturellement et ils savent qu’on a l’habitude de les écouter." 

Si l’initiative porte ses fruits, il n’est pas exclus qu’elle soit prolongée au-delà de la période de confinement. Du côté des acteurs de terrain, plusieurs ajustements ont été réalisé afin de maintenir l’écoute et l’accompagnement des victimes de violences conjugales ou familiales. Ainsi, les périodes d’ouverture du « Web tchat » sur le site www.ecouteviolencesconjugales.be ont été élargie. Désormais, le tchat est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h.

Liens et numéros à contacter en cas de violences conjugales ou familiales 

Police : 101

Urgence médicale : 112

Écoute violences conjugales : 0800/30 030

Collectif contre les violences familiales : 04/223 45 67

SOS viol : 0800/98 100

« Web tchat »  écoute violences conjugales : www.ecouteviolencesconjugale.be

CASS : permanence sans rendez-vous chaque lundi de 9h30 à 12h, rue Monulphe à 4000 Liège










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte