RTC

Le gratin du padel belge réuni à Saint-Georges-sur-Meuse pour le "Belgian Padel Tour"

 03 avril 2022 20:43   Saint-Georges-sur-Meuse


C’est dans les nouvelles installations de padel de Saint-Georges-sur-Meuse qui ont vu le jour au mois de décembre dernier à côté de l’autoroute que la troisième étape du "Belgian Padel Tour" faisait escale ce week-end. L’occasion pour les meilleurs joueurs (et joueuses) belges de se mesurer entre eux mais aussi de découvrir le complexe spécifiquement dédié à la pratique de la discipline.

"Il y a six manches annuellement, trois en Francophonie et trois du côté flamand", explique Pierre Delahaye, directeur AFT Padel, qui estime qu'il s'agit là "du rendez-vous des meilleurs joueurs belges, tant au niveau masculin que féminin".

Au cours de la compétition, les diverses paires ont d’abord dû passer leur poule respective avant d’accéder au tableau final. Lors des quarts de finale, dans la catégorie messieurs, cinq Liégeois étaient encore en lice. Parmi ceux-ci, citons la paire Guillaume Crasson (33 ans) et Maxime Petitjean (27 ans), qui s'est inclinée deux sets à un face à Maxime Deloyer et Alec Witmeur, des adversaires de niveau international et considérés comme talentueux.

"Ils ont joué un jeu parfait ici, dans cette infrastructure incroyable", concède Guillaume Crasson, qui a repris le club des Bayards, à Liège, l'année dernière. "C'est très haut, compliqué de trouver le bon timing sur nos smashs, ils ont fait un match incroyable".

Chanson différente, par contre, pour la paire Jérôme Peeters (30 ans) et Clément Geens (26 ans) qui s’est imposée sans forcer 6-0, 6-3 face à Florian Vandelanotte, espoir belge, et Nick Braet, joueur international belge.

"Pour l'instant, on a gagné les deux premières manches du 'Belgian Padel Tour', on est en forme, on a confiance ensemble depuis le début de saison, pourvu que ça dure", a commenté Jérôme Peeters, un des propriétaires, avec Steve Darcis, du club "Planet Padel" de Saint-Georges-sur-Meuse.

En acceptant la tenue de la troisième manche dans ces locaux, l'AFT Padel souhaitait soutenir ce nouveau complexe composé de cinq terrains intérieurs (plus quatre en extérieurs) et haut sous plafond de douze mètres. "On est très contents d'accueillir ce tournoi dans nos infrastructures", a ajouté Jérôme Peeters.

Saint-Georges-sur-Meuse n’est pas la seule commune dans la région où des infrastructures liées au Padel sont apparues. Engis, Hannut, Huy et Waremme se sont aussi dotées de nouveaux terrains, preuve de l’engouement pour cette discipline qui, en Europe, s’est d'abord développée en Espagne.

 








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte