RTC

Le site de Chèvremont a trouvé un acquéreur et un projet

"comptoir financier de Huy"
 28 octobre 2020 13:45   Chaudfontaine


Le site de Chèvremont a trouvé un acquéreur et un projet;

En 2016, la communauté des carmes déchaussés qui l’occupait ne comptait plus plus que trois membres. Ce n’était plus tenable de rester dans cette immense maison et de gérer cette vaste église

 L’a.s.b.l. « Couvent des Pères Carmes Déchaussés de Chèvremont » a été chargée de veiller – en étroite concertation avec l’évêque de Liège et des responsables de l’ordre – à la réorientation de l’ensemble du site.

 Trois pistes envisagées

 L’a.s.b.l. a cherché une réorientation durable pour le couvent et la basilique de Chèvremont. La préférence allait tout naturellement à une communauté religieuse désireuse de reprendre le site. Cependant, vu la taille des lieux et le coût de l’entretien, toutes les approches du diocèse sont restées sans résultat

 Une deuxième piste fut envisagée : l’achat du site par une association à caractère social. Le site aurait pu être réaménagé pour six millions d’euro afin que des personnes handicapées puissent y vivre avec le personnel nécessaire. Il y eut un projet qui fut à l’étude. Pour des raisons financières, il fut abandonné

 Une troisième piste fut de faire appel à des promoteurs immobiliers en leur demandant d’imaginer un autre avenir pour cet endroit cher au cœur des Calidifontains et des Liégeois. La société « Colline de Chèvremont » s’est montrée intéressée et la séance de la signature de l’acte de vente a pu avoir lieu ce 28 octobre La transaction avoisine le million d’euros ;

 

 Le projet

 Les promoteurs affirment dans leur dossier vouloir :

 

  • Maintenir le « phare » dans son environnement ;
  • Préserver des bâtiments emblématiques et historiques dans leur volumétrie en leur redonnant des nouvelles affectations ;
  • redévelopper le site majoritairement en logement avec la création d’espaces partagés pour favoriser le vivre ensemble ;
  • Travailler dans une approche d’économie circulaire en prévoyant, dans la mesure du possible, une réutilisation des matériaux démontés ;
  • Favoriser le travail avec des intervenants des environs ;
  • Respecter le caractère des lieux et préserver le cadre verdoyant.

 

 Les porteurs du projet espère une introduction d’une demande de permis dans le courant de l’année 2021.

 

Alain W

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte