RTC

Witsel : "Le Brésil est le grand favori"

Belga
 21 novembre 2022 10:00   Belgique


S'il a déjà indiqué qu'il comptait jouer l'Euro 2024, Axel Witsel vit sans doute sa 3e et dernière Coupe du monde, comme il l'a indiqué dimanche. Le Mondial au Qatar sera sans doute le dernier grand tournoi pour plusieurs représentants de la "génération dorée" des Diables Rouges.

"Je maintiens mon idée de jouer l'Euro 2024. Pour la prochaine Coupe du monde, j'aurai 37 ans. Ce n'est pas impossible, ça dépend de plein de choses, mais je ne pense pas que j'y serai. Je pense que cette Coupe du monde-ci est la dernière", a déclaré Axel Witsel dimanche.  "C'est la dernière Coupe du monde pour plusieurs joueurs du groupe", dit encore le milieu de 33 ans. "Nous voulons tout donner et apprécier chaque minute. Quoiqu'il arrive, ce qui compte c'est de tout donner et de ne rien regretter". L'équipe belge est plus âgée, mais aussi plus expérimentée. "Ça fait six ans qu'on travaille avec le coach, et certains joueurs évoluent ensemble depuis encore plus longtemps. Ça fait un bail qu'on est ensemble. C'est un point à ne pas négliger quand on n'a pas eu le temps de préparer la Coupe du monde, ça peut être un avantage", déclare l'ancien Soulier d'or, qui totalise 127 caps.  "On a plus d'expérience qu'en 2018. Le temps nous dira si on est plus ou moins fort qu'en 2018. On avait alors fait un parcours extraordinaire, on était au top, tant collectivement qu'individuellement. Maintenant, on est plus considéré comme un outsider, et je pense que c'est logique. Pour moi, le Brésil est le grand favori. On ne peut pas dire qu'on est à ce niveau-là"

Les Diables sont dans le grand bain et ça a l'air amusant ! 

Axel Witsel s'estime "aussi bon" qu'il y a huit ans au Brésil. "J'ai un autre rôle, je joue différemment, plus dans une position de milieu défensif, et je pense être plus intelligent qu'à l'époque", avance l'ancien Standardman, qui dit ne pas avoir de préférence quant à ses partenaires en milieu de terrain. "Je m'entends aussi bien avec Youri (Tielemans), Kevin (De Bruyne) que Hans (Vanaken), par exemple. Amadou Onana a un profil atypique, il me fait penser à Maraouane Fellaini. C'est un profil dont on a besoin dans ce tournoi. Mon rôle ne change pas vraiment, quels que soient les joueurs à mes côtés"

L'enthousiasme des supporters avait accompagné les Diables en 2014, le premier grand tournoi de la Belgique depuis le Mondial 2002, et il y a quatre ans. Cette fois, l'engouement autour de l'équipe nationale, et de la Coupe du monde en général, n'est plus le même. "On le vit normalement au sein du groupe", dit Axel Witsel. "On se dit juste que c'est dommage d'avoir toute cette négativité autour de nous, mais c'est la vie, c'est le football. Les gens ont aussi le droit d'avoir leur opinion".

Le médian de l'Atletico Madrid dit ne pas trop souffrir de la chaleur. "En Espagne, on joue aussi par fortes chaleurs. Ici, les stades sont climatisés. La chaleur est donc un facteur auquel il ne faut pas prêter trop attention".  Les Diables Rouges entreront en lice mercredi face au Canada, dont les stars sont Alphonso Davies (Bayern Munich), Jonathan David (Lille) ou Tajon Buchanan (Club Bruges). "Je m'attends à un match physique. On devra faire attention à ne pas laisser d'espaces. Nous avons l'équipe pour déjà faire un bon match, on veut bien commencer le tournoi".

Source : Belga










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte