RTC

Sept "mass-starts" et 270 coureurs présents au Challenge Cross Biathlon à Liège

 21 juin 2021 11:30   Liège


Ce dimanche, près de 270 coureurs s’étaient donné rendez-vous au Terril Batterie-Ancien à Liège. L’ASBL Biathlon d’été organisait la 2ème manche qualificative de son challenge de Cross Biathlon, une discipline nouvelle et très en vogue chez nous.

"À l'instar du biathlon d'hiver où on fait du ski de fond et du tir à la carabine, on a simplement remplacé le ski de fond par du Trail, par du Cross", explique Joachim Wacquez, organisateur et membre de l'ASBL. "Donc, ça donne un spectacle super gai. Les gens font plusieurs boucles Trail, et en très chaque boucle, il y a un passage sur le pas de tir, soit couché soit debout comme au vrai biathlon. Et bien-sûr, le challenge c'est qu'à chaque cible manqué, c'est un anneau (de 200 mètres) de pénalité à parcourir. C'est là que tout le folklore de la course prend son sens.


UN ENDROIT INÉDIT POUR DU CROSS BIATHLON

Ce terril était pour la tout première fois choisi comme lieu d’une telle épreuve. La boucle de 2 kilomètres a ravi les participants de par sa variété d’obstacles mais qui n’est jamais évidente vu la chaleur de ce week-end. "Je viens de faire la reconnaissance, le parcours est super bien fléché avec un peu des singles tracks, des côtes, un peu de descentes. Après, il n'y a plus qu'à se faire plaisir et bien respirer avant de tirer", nous confie Cédric Kempeneers, l'un des participants à la course hommes élites. 

"Le tracé a l'air équilibré entre forêts et prairies mais avec un temps comme aujourd'hui, un peu moins de prairies aurait pu être plus bénéfique pour les coureurs", nous dit Marie-Alix, bi-athlète amatrice mais qui prenait part à la course femmes élites, tout comme Irène. "Il y a une grande portion en pleine chaleur, le tour de pénalité est aussi bien chaud apparemment donc c'est un peu compliqué !


UN VRAI DÉFI LOGISTIQUE

Organiser cette course a été un vrai challenge logistique. Sept « mass start » (des départs en ligne où le premier arrivé l'emporte) de 35 à 40 biathlètes se déroulaient tout au long de la journée avec des bi-athlètes et traileurs amateurs et confirmés, sur des distances allant de 6 à 10 kilomètres. Les participants devaient également se servir de carabine lasers lors de l’épreuve du tir de précision qui comptait 30 pas de tir, une première en Belgique

"Il y a vraiment un très très bon niveau ici au biathlon", embraye Axel Dufour, lui aussi dans la course hommes élites. "Moi, j'ai participé l'année passé à une course ou deux. Ici, j'essaye de participer au challenge complet mais c'est vrai qu'avec la chaleur ça va pas être facile." 

Une autre participante, Marie Honin, nous livre ses impressions. "C'est la deuxième fois que je fais du biathlon cette année, je n'en avais jamais fait avant. C'est une chouette ambiance même si c'est parfois un peu dur de viser."

"Ce qui rend unique ce challenge, c'est que ça allie deux capacités différentes, à la fois l'explosivité et l'endurance car on a besoin de se donner dans la course Trail", complète Joachim Wacquez. "Et puis, quand on arrive sur le pas de tir, c'est totalement autre chose. Il faut se calmer, gérer sa respiration et la précision. Et je pense que c'est l'alliance des deux qui fait vraiment la réussite de cette discipline Et je vous dis, en général quand on y goûte, on y revient !

Après Spa en mai et Liège ce week-end, les deux prochaines manches qualificatives se dérouleront à Banneux en aout puis à Fayenbois avant la grande finale qui réunira les 50 meilleurs hommes et les 20 meilleures dames au total des 4 manches et qui se déroulera sous forme de sprint et d’une poursuite.

Joachim Gilles & Luca Prencipe








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte