RTC

Le Standard et le fédéral vont-ils sauver les finances de la Ville de Liège ? Le plan de gestion actualisé

 24 juin 2022 17:10   Liège


Le Covid, les inondations, la hausse des prix de l’énergie,… Tout cela pourrait bien vider les caisses de la ville de Liège. Comment les renflouer ? Et dans quoi investir ? Voici un résumé du plan de gestion de la Ville de Liège actualisé.

Les pouvoirs publics liégeois ont présenté leur plan de gestion. Ce sont 60 mesures qui actualisent les recettes et les dépenses de la ville en fonction des besoins actuels de population.

IPP et précomptes immobiliers intouchés

La Ville peut compter sur le plan oxygène du gouvernement wallon qui représente une enveloppe de 394 millions d’euros, sous forme de prêt étalé sur 5 ans. Toutefois, pour en bénéficier, il était nécessaire d'actualiser ce plan de gestion.

Christine Defraigne, échevine des finances de la Ville de Liège : « D’abord, nous n’avons pas augmenté l’impôt des personnes physiques, les additionnels sur l’IPP. Nous n’avons pas augmenté le prix des précomptes immobiliers, mais nous sommes allés regarder un certain nombre de poches ».

Le coût du foot : entre 80.000 et 90.000 € par match "à risques"

Parmi ces poches à billets : le Standard de Liège. Chaque année, une dizaine de matchs de foot perturbent l’ordre public, comme l'explique Christine Defraigne : « Ces matchs qui sont à risque mobilisent par exemple, une capacité policière de 140 policiers avec un coût estimé de 80 à 90.000 € par match. Donc dorénavant, nous facturerons cette surcapacité policière lors de ces matchs à risques".

Nouveau règlement de travail pour le CPAS

D’autres solutions sont proposées par la Ville pour faire des économies, comme le déménagement du CPAS vers la cité administrative pour la fin de l’année 2022 ou début 2023.

En plus d’un bâtiment, la ville et son CPAS devraient partager un nouveau règlement de travail, comme l'explique Bonjean : « Je pense qu’il emmène beaucoup d’éléments très interessants, que ce soit l’arrivée du télétravail. Ici, on peut proposer une nomination de 80 membres du personnel ».

La "problématique" des pensions

Qui dit nominations, dit également pensions, mais aussi revendications. La ville de Liège attend du fédéral un financement de 19 millions d’euros chaque année dès 2025 à la fois pour les services incendie, pour la police et les pensions. Pensions qui sont uniquement financées par les pouvoirs locaux, comme le rappelle le bourgmestre Willy Demeyer : "C'est d'ailleurs le fond du problème de la Ville. C'est le problème des pensions. Nous sommes donc très revendicatifs à cet égard". Les autorités liégeoises estiment que les pensions s’élèveront à 86 millions d’euros en 2027.

Et d'ajouter : « Il y a aussi le problème du RIS, ce qu'on appelait avant le minimex. L'état fédéral intervient à 70% des coûts. Nous revendiquons 80% des interventions. Ce qui ferait pour la ville de Liège et son CPAS 7 millions supplémentaires ».

Changer la mobilité

La mobilité va également fortement changer selon ce plan de gestion : zone piétonnes, couloirs cyclistes et places de parking payantes supplémentaires. L'objectif de la Ville est de passer de 4.500 places de parking payantes à 9.000.

L’entièreté de ces mesures seront présentées ce lundi 27 et ce mardi 28 juin au conseil communal. Si ce plan est adopté, c’est pour les 5 prochaines années.

Mallaury Lehnertz








Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte