RTC

Ecoles : le règne de la débrouille

× La consultation gratuite du site de RTC est possible grâce à la publicité.
Ce serait sympa de désactiver votre AdBlocker pour ce site. Merci !
 21 octobre 2020 16:27   Liège


Les écoles font face à des absences en cascade.

Une de nos téléspectatrices, Valérie Stempien, nous a expliqué,  via « Alertez nous », qu’elle avait décidé de ne plus mettre ses enfants à l’Athénée Royal de Herstal, car les heures d’étude étaient devenues plus nombreuses que les heures de cours, et que dans ces conditions, elle craignait que ses enfants tombent malades à leur tour.

Comment les écoles vivent-elles cette période très particulière ? Comment faire face à l’absence de nombreux professeurs et élèves ?

Petite visite dans une école du centre-ville de Liège. C’est un jour un peu particulier pour cette classe de 6e année secondaire du DIC Collège. Les élèves reprennent les cours après une semaine d’absence ; tous les Rhétoriciens, une centaine au total, avaient été renvoyés chez eux, après que plusieurs élèves aient été testés positifs.

 Dans le bureau de la Direction, les appels téléphoniques se succèdent : profs absent, élèves à déplacer à l’étude ou au réfectoire, il faut trouver des solutions pour les différents cas de figure qui se présentent tout au long de la journée.

Sur ce tableau, chaque colonne représente un enseignant absent. Sur 85 professeurs, il y avait une quinzaine de malades ou écartés, fin de la semaine dernière.

"Pour les Directions d’école, c’est un peu la débrouille dans cette gestion de situation de crise", explique Vincent Lambert, le directeur du DIC Collège: "Et parfois, c'est difficile, je ne vous le cache pas !"

Pour pouvoir continuer à donner cours au plus grand nombre d’élèves possibles, l’utilisation de modes hybrides d’enseignement a été mise en place, à chaque fois que c’est possible. Cours donnés à deux classes en même temps, cours donnés par des professeurs écartés depuis leur domicile, cours donnés à des élèves présents en classe en même temps qu'à d'autres obligés de rester chez eux... Tout cela  demande de l'adaptation.

Dans cette classe, Adrien Jehaes, professeur de Sciences, est aussi un photographe amateur. Il a décidé d'apporter son appareil photo personnel, avec lequel il filme son cours, ce qui permet aux élèves absents de pouvoir suivre, a leçon donnée en classe, en direct, depuis leur domicile, et éventuellement de poser leurs questions.

 Fenêtres grande ouvertes, gel alcoolique pour les mains, masques pour les enseignants et les élèves… les mesures pour limiter la propagation du virus sont bien acceptées et bien suivies. Vincent Lambert salue le comportement responsable d'une très grande majorité des jeunes gens, considérés par d’autres comme un des groupes responsables du rebond des contaminations.

 Actuellement, dans cette école du centre de Liège, sur 900 élèves, on compte une centaine d’absents, y compris deux classes du degré inférieur dont les élèves ont été priés de rester chez eux, suite à des suspicions de contamination.

 Ce mercredi 21 octobre, on apprenait dans l'après-midi que les écoles allaient passer au "code orange", mais que certaines mesures seraient toutefois adaptées par rapport à ce qui avait été prévu début septembre.

Ici, comme dans de nombreuses écoles, on espère surtout de la clarté dans les consignes à mettre en place pour ce nouveau dispositif…










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte