RTC

Covid-19 - Les réponses à vos questions

 16 juin 2020 12:00  


Retrouvez dans cet article, mis à jour régulièrement, les réponses aux questions que vous nous posez pendant nos Facebook Live, ou que vous nous faites parvenir par d'autres canaux. Nous essayons de répondre à un maximum de question, mais, bien entendu, il ne nous est pas pas possible de répondre à tout. Cet article est mis à jour régulièrement. Les nouvelles réponses se trouvent en haut de l'article.

Mise à jour mardi 16 juin 2020

J'ai entendu que l'épidémie reprenait en Chine, lanceriez-vous un appel à la prudence ? 
"Environ 10% de la population a été touchée. Donc il reste 90% de la population qui est encore à risque de l'attraper (le coronavirus). Donc on pourrait vivre 9 fois ce qu'on a vécu." souligne le Dr. Philippe Devos, dans notre émission ActuL de ce lundi 15 juin. "Et comment est-ce qu'on pourrait le vivre ? En ne respectant pas 4 mesures simples, de base : se déclarer malade et donner la liste des gens qu'on a rencontrés et s'isoler, garder une distanciation sociale d'1m50 et essayer d'arrêter d'essayer de faire la bise, porter le masque quand on ne sait pas garder cette distance sociale et puis la désinfection des mains. Si on fait cela, pour moi, il n'arrivera pas ce qui est en train d'arriver en Chine ou autre. On voit en Chine que, les endroits où cela c'est fait, c'est des marchés où il n'y avait pas la distanciation sociale, ou alors les gens ne portaient pas le masque... Il y a moyen d'éviter cela mais il faut rester prudent, pendant de nombreux mois, jusqu'au vaccin."

Qu'en est-il des anti-inflammatoires ? Peut-on en prendre ? 
"Au tout début, on a dit 'n'en prenez pas, ce n'est pas bon'. Et puis finalement il y a eu quelques analyses statistiques qui ont montré qu'on n'a pas de lien entre les anti-inflammatoires et les cas graves." détaille le Dr. Philippe Devos. "Il y a juste un lien théorique de potentielle interaction entre le virus et les anti-inflammatoires. Certains pays disent que si vous avez de la fièvre, il ne faut pas en prendre mais dans le reste du temps prenez-en. D'autres pays disent qu'il n'est pas mauvais d'en prendre. On n'a pas assez de recul pour dire à 100% 'non ce n'est pas dangereux', mais on a assez de recul pour dire que ce n'est pas ça qui va entraîner un gros changement dans votre état de maladie."

Y a-t-il un risque de transmission du virus dans l'eau (piscine, jacuzzi, ...) ? 
"On sait que l'humidité est en lien avec la propagation du virus. On sait effectivement, et c'est pour cela qu'on retarde les ouvertures des jacuzzis, parce que la vapeur d'eau peut propager le virus à plus de 1m50." répond le Dr. Philippe Devos. "Maintenant, à l'inverse, dans des zones ouvertes avec du vent, on sait que la charge de virus est moins grande qu'à l'intérieur. Donc, je dirais que la chose la moins recommandée c'est d'être à 10 dans un jacuzzi dans une pièce fermée. Par contre, être à la mer, à grande distance... ce n'est pas en buvant la tasse que vous allez attraper le coronavirus."

Les personnes asymptomatiques sont-elles contagieuses ? 
"Il faut faire la différence entre celles qui vont rester asymptomatiques en permanence, et celles qui sont présymptomatiques, c'est à dire celles qui, au moment où vous les voyez, n'ont rien mais qui vont développer de la fièvre et d'autres symptômes quelques jours plus tard." explique le Dr. Philippe Devos. "On sait que, les 2 jours avant de commencer à être symptomatique on est autant, voire plus, contagieux qu'en étant malade. Donc cette période est très dangereuse en terme de contamination. Par contre, ceux qui ne vont jamais être symptomatiques, ceux-là ne représentent même pas 1% des contaminés dans le monde. C'est tout l'importance du tracing, une fois que les gens sont malades, ils doivent se rappeler de tous les gens qu'ils ont rencontrés dans les 48h précédentes."

Quand pourrons-nous à nouveau avoir des contacts avec les personnes en maison de repos ? Cela fait 3 mois que je n'ai plus pu serrer ma maman dans mes bras. 
"Il y a 2 réponses à cette question. La première est une réponse individuelle, tant que cette personne n'est pas vaccinée, à chaque contact elle a un risque de l'attraper." explique le Dr. Philippe Devos. "Après, il y a tous les autres résidents qui peuvent ne pas avoir envie de l'attraper non plus. Certains directeurs ont la pression de certains résident, par rapport à une réouverture potentielle. Ils peuvent recommencer la réouverture des visites. Mais en général, cela va se faire au cas par cas, en fonction des associations de résidents qui participent à la gestion des maisons de repos et qui vont donner leur avis. Il est impossible de répondre entièrement à la question, cela dépend des risques individuels et des risques de groupe."

Quand sera-t-il à nouveau possible de chanter dans une chorale ? 
"On a découvert que lorsqu'on chante, on propulse des germes dans les 8 mètres aux alentours de soi." détaille le Dr. Philippe Devos dans notre émission ActuL de ce lundi 15 juin. "On a des cas décrits dans 2 ou 3 chorales où un chanteur a contaminé la moitié de la chorale. Quand on voit les recommandations de la cellule d'experts du gouvernement, ils autorisent la réouverture les bars de prostituées presque 2 mois avant la réouverture des chorales. Les bars de ce type, et les centres de massage pourraient rouvrir en juillet. La réouverture des chorales devrait être réévaluée au 1er septembre."

Mise à jour mardi 9 juin 2020

Des symptômes du Covid-19 peuvent-ils persister après la maladie ?
"Tout le monde n’a pas, après le Covid, une série de symptômes comme ça." Signale le Dr. Devos, dans notre émission ActuL de ce lundi 8 juin. 'On peut avoir des cicatrices pulmonaires, nous l’avons vu suite à l'analyse d'une série de cas en Chine. La toux peut rester jusqu’à 1 an après la maladie. Beaucoup de patients se plaignent de fatigue, même 40 jours après la maladie. Toute une série de symptômes, y compris la fatigue, peuvent également provenir d‘un choc post-traumatique."

J'ai une pathologie lourde, comment puis-je m'organiser pour bénéficier des soins nécessaires ?
Il faut prendre contact avec les médecins, kinés, etc. et voir avec eux quelles sont les mesures mises en place pour protéger les patients. Aujourd’hui tous les soins sont ouverts. Il arrive même qu’aujourd’hui, certains délais d’attente soient plus courts.

Nous avons eu des symptômes du Covid avant le confinement, que faire aujourd’hui ? Pouvons-nous nous faire dépister ?
"Vous pouvez vous faire dépister, mais les tests d'anticorps sont payants et risquent de ne pas apporter toutes les réponses." souligne le Dr. Philippe Devos dans notre émission ActuL de ce lundi 8 juin. "Un bon tiers des personnes contaminées ont des anticorps qui n'apparaissent plus dans leur sang après un mois. Si le test est positif, c'est une information. Si le test est négatif... cela ne veut rien dire. Un test positif est une information, mais qui ne restera pas forcément sur le long terme, on ne sait pas combien de temps les anticorps vont protéger la personne."

Peut-on avoir eu le coronavirus et avoir un test sérologique négatif ? 
Oui c'est possible, cela pourrait concerner un tiers de ces tests.

Où en sont les recherches pour un vaccin ? Et pour un traitement ? 
"Cela avance comme jamais." explique de Dr. Philippe Devos dans notre émission ActuL de ce lundi 8 juin.  "Tout va très vite. Les plus optimistes disent qu'on vaccinera pour octobre. Les plus pessimistes parlent du printemps 2021. Tous les 6 mois les pessimistes diminuent de 3 mois leurs pronostiques."

Vous interdit-on (Dr. Devos) de dire certaines choses à la population ?
"Je suis médecin, je suis indépendant, je n'ai pas, entre guillemets, d'employeur direct. De manière générale, dans la profession de médecin, on doit garder un discours modéré et défendant la profession." souligne le Dr. Philippe Devos dans notre émission ActuL de ce lundi 8 juin. "J'essaye de garder une certaine limite et de ne pas être excessif dans mes propos. Après ça, non, il n'y a personne. Il y a déjà eu certaines personnes qui. ont déploré mes propos, oui. Je parle en mon nom et j'essaye d'avoir un ton équilibré entre : ne pas dramatiser des choses qui ne sont pas dramatiques et ne pas trop rassurer quand il y a lieu de ne pas être rassuré. Il est difficile de jongler entre les deux. Ceux qui ont envie de m'entendre dire que ça ne va pas vont être déçus, et ceux qui ont envie de m'entendre dire que tout va bien sont déçus aussi. On me dit alors des fois que je fais trop ou pas assez. J'essaye de regarder la science, ce que mes collègues disent et j'essaye de rendre un avis le plus clair possible."

Mise à jour mardi 26 mai 2020

Vu que l'on peut voir 4 personnes, puis-je aller faire des courses avec ma maman et mes enfants ?
D'après le site info-coronavirus : Les courses doivent être effectuées seul, sauf en cas de rendez-vous. Une exception est faite pour un adulte qui accompagne les mineurs vivant sous le même toit ou une personne ayant besoin d’une assistance.

  • Les courses sont effectuées pendant une période de maximum 30 minutes par magasin, sauf en cas de rendez-vous. 
  • Il est fortement recommandé à chaque client de porter une protection couvrant le nez et la bouche dans les commerces.
  • Il est par ailleurs recommandé de se rendre dans les commerces situés dans une ville ou une commune proche de son domicile et de son lieu de travail.
  • Il est également conseillé de donner une priorité aux personnes âgées, aux personnes à mobilité réduite et au personnel soignant.

Puis-je rendre visite à mon amie qui est en soins palliatifs ? 
D'après le site info-coronavirus : les visites dans les hôpitaux sont toutes interdites, excepté pour les parents d’enfants de moins de 18 ans et pour la famille proche de patients en situation critique ou en soins palliatifs. L’accompagnement de patients devant se rendre à des consultations ou tests nécessaires devra être limité à une personne. Des discussions sont encore en cours pour permettre les visites prochainement. Les visites dans les hôpitaux devraient pouvoir reprendre ce mardi 2 juin. Les hôpitaux peuvent cependant maintenir l'interdiction de visite s'ils estiment que ces visites ne peuvent pas s'organiser en toute sécurité. La situation s'établissant au cas par cas, le mieux est de prendre contact avec l'hôpital concerné pour prendre connaissances des mesures d'applications dans cette structure.

Les personnes en situation de handicap peuvent-elles se faire dépister ? 
À l'heure actuelle, pour pouvoir se faire dépister il faut présenter des symptômes du Covid-19 et être envoyé par son médecin traitant. Rappelons également que les personnes à risques sont les personnes âgées de plus de 65 ans, les personnes diabétiques, présentant des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales et des personnes dont le système immunitaire est affaibli. 
Toutes les personnes qui entrent pour une hospitalisation (y compris hospitalisation de jour), ainsi que toutes les personne qui entre pour la première fois dans une autre collectivité de type structure résidentielle (par exemple une maison de repos), seront testées.

Les plaines de jeux seront-elles ouvertes cet été ? 
Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a confirmé, ce vendredi 22 mai, qu'un accord avait été trouvé pour une feuille de route pour toutes les activités de jeunesse pour l'été. Les aires de jeux extérieures pourront rouvrir dès le 27 mai. Ensuite, les camps et stages d’été, avec ou sans nuitées, seront autorisés à partir du 1er juillet. Ce mercredi 27 mai les autorités locales pourront donc rouvrir les plaines de jeux pour les enfants jusqu'à 12 ans inclus. Les plus grandes plaines de jeux (dans les parcs par exemple) ne pourront accueillir que maximum 20 participants. Le comité de concertation signale que les jeunes et accompagnateurs de plus de 12 ans devront veiller à respecter les distances de sécurité autant que possible. 

Mise à jour mardi 19 mai 2020

Ai-je le droit de pratiquer du sport « fixe », type gainage, à l’extérieur ?
Il est autorisé de pratiquer des activités physiques, seul, en extérieur et en respectant les règles de distanciation sociale. Il est donc autorisé de faire des activités telles que le yoga, de la musculation avec des abdos, du gainage, etc.

Les clubs de sport peuvent-ils organiser des activités sportives en extérieur ? 
Les clubs sportifs peuvent faire des activités en extérieur, avec un maximum de 20 participants, toujours sous l’égide d’un responsable et en respectant les règles de distanciation sociale. L’activité ne doit, bien entendu, pas être un sport de contact (type rugby). 

Peut-on utiliser des filtres à café pour notre masque en tissus ?
Il n’est pas recommandé d’utiliser des filtres à café contre le covid19. "malgré leur bonne capacité filtrante, ces types de filtres ne répondent pas à l'exigence en terme d' innocuité de l'air inhalé. En effet, ces matériaux sont susceptibles de libérer dans l'air des substances irritantes pouvant causer un risque d'allergie (en particulier de crises d'asthme grave) et/ou de toxicité. De plus, ces types de filtres ne présentent pas de bons résultats en termes de respirabilité. Cette configuration ne permet peut-être pas d'avoir un masque lavable en fonction des matériaux envisagés." selon le magazine science et avenir. 

Quand sera-t-il possible de rendre visite à un détenu en prison ? 
Les visites pourront reprendre de manière “limitée” dès le 25 mai. Koen Geens (CD&V), dans les pages du journal De Zondag : "Les mesures seront strictes : une visite par prisonnier et par semaine, de préférence toujours la même personne, les mineurs ne seront pas autorisés, et bien sûr la distance de sécurité devra être observée.”

Mise à jour jeudi 14 mai 2020

Quel tissu utiliser pour la fabrication de masques ?
Le site info-coronavirus.be conseille d'utiliser des tissus densément tissés. L'AFNOR, l'agence française pour la normalisation, recommande du tissu 100% coton, qui permet de respirer facilement, à la trame serrée. Rappelons que ceci permet de confectionner des masques barrières, qui vous empêche donc de répandre le virus. Plus d'informations sur le site de l'AFNOR ; retrouvez également des recommandations sur le site d'info-coronavirus.be

Pourquoi les masques ne sont-ils pas pensés pour les sourds et malentendants ? 
Avec l'épidémie et la pénurie de masques il était nécessaire de réagir vite et pour le plus grand nombre. Il est vrai que les masques représentent un problème pour les personnes avec des déficits auditifs et qui pratiquent la lecture labiale. Des solutions pourraient bientôt pointer le bout de leur nez. Le Liege Hackerspace planche actuellement sur deux prototypes de masques transparents qui pourraient permettre la lecture labiale, plus d'information sur ces prototypes par ici.

Quel est le vrai pourcentage de décès Covid, comment expliquer ce taux de décès en Belgique ?
La Belgique applique un système de comptage particulier et différent de nombreux autres pays. Le comptage des décès inclut les cas Covid mais également tous les cas suspects. Steven Van Gucht, virologue et porte-parole interfédéral Covid-19, a d'ailleurs affirmé que ce système de comptage a permis de ne pas sous-estimer l'impact de l'épidémie. 

Puis-je circuler en voiture avec un enfant à l'arrière ?
Il est autorisé de se déplacer en voiture avec un enfant pour plusieurs raisons, comme pour rendre visite à l'un des parents, si les 2 parents ne vivent pas sous le même toit. Il est également autorisé de circuler avec un enfant de moins de 5 ans pour aller prendre l'air si vous ne disposez pas de jardin. Vous pouvez également amener votre enfant à la garderie. Il est possible de se déplacer avec un enfant si cela est nécessaire.

Mise à jour mardi 12 mai 2020

Les grands-parents peuvent-ils à nouveau garder leurs petits-enfants ? 
Non. Comme expliqué par Yves Van Laethem lors du bulletin épidémiologique du 8 mai : "Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables par rapport à ce virus. Les personnes âgées, par exemple vos grands-parents, peuvent, bien sûr, faire partie de la nouvelle bulle qui va venir fusionnée avec la vôtre (...) Mais ce n'est pas parce que ces grands-parents entrent dans votre bulle qu'ils vont pouvoir retrouver une activité qu'ils avaient parfois, ou souvent, par le passé, c'est d'être le gardien des enfants. Les grands-parents vont devoir respecter, encore plus que les autres, la distanciation sociale et respecter les règles de sécurité, de manière à éviter d'être infecté. Ils ne pourront donc pas récupérer ce rôle de gardien des enfants comme avant."

Peut-on être poursuivis pour ne pas avoir respecté la liste de 4 visiteurs ? 
La police continue à veiller au respect des mesures de déconfinement. Les agents peuvent verbaliser en cas de non-respect des consignes. Mais peu importe la verbalisation, ou pas, il est important de suivre ces mesures pour éviter une nouvelle propagation du virus. Chaque foyer ne peut donc accueillir que 4 personnes, toujours les mêmes, il est également demandé d'essayer de respecter les distances de sécurité et de se voir dans le jardin si cela est possible.

Comment fait-on lorsqu'on a plus de 4 enfants et petits-enfants ? Il faut tirer au sort ?
Il faut faire des choix, et voir 4 personnes c'est toujours mieux que 0 ! Rappelons aussi que c'est une bulle qui "fusionne" avec une autre bulle, ce n'est donc pas chaque membre d'une famille qui habite sous le même toit qui invite 4 autres personnes. Comme souligné par Yves Van Laethem, si nous ne respectons pas cela nous risquons de propager le virus dans la population. Si nous respectons bien ces mesures tout semble montrer que l'expansion du virus devrait pouvoir être contenue. 

La frontière avec la France est-elle ouverte ? 
Les restrictions aux frontières de la France sont prolongées jusqu'au 15 juin. Il s'agit bien de restrictions et non d'une interdiction totale. Certaines autorisations peuvent être obtenues pour des raisons économiques (tel que le travail) ou encore pour la garde, la visite ou la scolarité d'un enfant.

Quels sont les numéros de téléphone utilisés pour le tracing du Covid19 ? 
Pour les appels il s'agit du 02/214.19.19 et pour les SMS le 8811. Il faut faire attention car de faux messages circulent, ceux-ci mènent à des arnaques téléphoniques. Vous serez contacté par ces numéros si vous êtes identifié comme porteur du virus. La personne qui vous appellera discutera avec vous pour identifier les personnes que vous avez croisées les jours précédents et vous donnera des recommandations en matière de santé publique pour vous et vos proches. Rappelons qu'il ne vous sera jamais demandé de communiquer des informations bancaires ou des mots de passe.

Mise à jour lundi 11 mai 2020

Un vaccin sera-t-il bientôt disponible ? 
Un premier essai clinique a été réalisé en Allemagne, par une société allemande, le 22 avril dernier, cette société allemande espère pouvoir mettre ce vaccin sur le marché dès début 2021. Une équipe de l'université d'Oxford a également réalisé un premier test fin du mois d'avril. D'autres sociétés avancent également dans leurs recherches. La recherche avance donc. Il faut savoir que, pour le développement d'un vaccin traditionnel, il faut normalement compter de 10 à 15 années pour rechercher et développer un nouveau vaccin. Bien entendu ce processus peut être accéléré de différentes manières, mais l'élaboration d'un vaccin prend du temps !

Y aura-t-il bientôt un traitement disponible ?
Actuellement l'Europe a commencé des essais cliniques pour trouver un traitement contre le Covid-19. Ces essais sont également mis en place dans nos hôpitaux belges. L’essai clinique Discovery, c’est son nom, expérimente quatre traitements. Le plus connu et le plus médiatisé est celui du Dr Raoult, infectiologue de Marseille, réalisé à base d’hydroxychloroquine. On parle également de traitements expérimentaux comme du “Remdesivir”, un antiviral contre Ebola ou encore du médicament antigrippal “Avigan” venant du Japon. Mais à l’heure actuelle, il n’y a aucun traitement miracle pour soigner du coronavirus. Beaucoup de pistes sont explorées mais, il n’y a pas encore assez d’études confirmant leur action.

Les personnes qui ont toujours leurs amygdales sont-elles mieux protégées ?
Les facteurs, connus à l'heure actuelle, qui jouent sur la vulnérabilité de chaque individu sont : l'âge, l'état de santé, le respect des règles d'hygiène de base, le respect des distances de sécurité.

Il peut y avoir des tests qui donnent des résultats de "faux négatifs" ? 
C'est possible. Ils seraient dû à une mauvaise manipulation du laborantin qui effectue le prélèvement, celui-ci ne prélevant pas assez profondément dans la bouche ou dans la gorge. Mais ce ne serait pas la seule cause des "faux négatifs", le moment auquel on effectue le prélèvement est également important, le virus ne serait détectable qu'une fois la période d'incubation passée.

Mise à jour jeudi 7 mai 2020

Qu'en est-il des pédicures médicales, etc ?
Concernant les dentistes, kinésithérapeutes, ostéopathes, podologues, etc. Les métiers de la santé peuvent exercer leurs activités. Ils sont invités à reporter les soins qui peuvent l'être ou qu'ils ne jugent par urgent ou nécessaire. 

Peut-on passer un masque en tissu au micro-onde pour le désinfecter ?
Non, cela ne sert à rien. L'idéal pour laver un masque est de le faire passer à la machine à laver pour un cycle de 30 minutes à 60°.

Est-il possible d'être testé afin d'être rassuré par rapport au virus ? 
Pour le moment les tests ne peuvent pas être réalisés sur demande. Il faut qu'un médecin fasse la demande du test et il faut présenter des symptômes qui pourraient correspondre à une infection au Covid-19.

Les personnes à risques peuvent-elles se promener ?
Oui, mais en veillant à bien respecter les règles de distanciation sociales. Nous vous conseillons également de prendre contact avec votre médecin pour savoir si votre état de santé nécessite des précautions supplémentaires.

Puis-je sortir me promener avec mes enfants ?

    • les promenades et les activités physiques (en ce compris les balades à moto) en plein air n’impliquant pas de contact physique à la condition qu’elles soient exercées :

    • seul ;

    • en compagnie de personnes vivant sous le même toit ; sont ici également visées les communautés de jeunes et leur accompagnant issus d’institutions de la jeunesse vivant sous le même toit.

    • et/ ou en compagnie de maximum deux autres personnes qui doivent toujours être les mêmes, moyennant le respect d’une distance d’ 1,5 mètres entre chaque personne.

Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire. Il reste interdit de s’installer dans les parcs. Sont également interdits les pique-niques et bains de soleil dans ces parcs. Par ailleurs, l’utilisation d’un véhicule motorisé dans le cadre de l’exercice d’une activité physique et des promenades n’est autorisée que pour se rendre dans les lieux (ex. bois à distance raisonnable) ou infrastructures sportives nécessaires à l’exercice de l’activité physique en question ou de la promenade. Il est rappelé que les activités touristiques et les excursions ne sont pas autorisées.

Mise à jour mardi 5 mai 2020

Les pharmaciens ont-ils l'interdiction de vendre des masques ? 
Les pharmacies peuvent vendre des masques, ainsi que les grandes surfaces. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre commune afin de savoir si des masques en tissus vous seront distribués. 

Pourquoi y a-t-il encore autant de décès dans les maisons de repos ? 
En Belgique la méthode de calcul des décès est calculée au risque maximum. "On a comptabilisé dans les décès aux maisons de repos liés au covid-19, les décès suspects." souligne Vincent Fredericq, sécretaire général de Fermabel (Fédération des maisons de repos en Belgique), dans notre bulletin épidémiologique du covid19 en Belgique du 5 mai. "Quand on regarde toujours ces résultats d'analyse, toujours sur base de Sciensano, on constate que dans les décès en maison de repos, seul 18% des décès ont été liés avec des covid-19 positifs, les autres étant des covid-19 "suspects", c'est à dire que les personnes présentaient des symptômes Covid. Mais il est évident qu'avec une population qui est âgée, en moyenne, de 86 ans, avec 60% de personnes dépendantes ou lourdement dépendantes il y a également des facteurs de comorbidité qui sont inévitables."

Pouvons-nous aller nous promener dans un bois situé dans une autre commune ? 
Les promenades sont autorisées mais il est important de garder des distances de sécurité avec les autres promeneurs qui vous accompagnent. Il est important de préciser que les interdictions de trajets non nécessaires doivent rester d’application. Il est donc déconseillé de prendre sa voiture pour faire une centaine de kilomètre pour aller se promener. Les pic-nic, les barbecues, etc. sont toujours interdits. 

Sera-t-il possible d'aller camper cet été ?
À l'heure actuelle la réponse est non. Mais plus d'informations devraient arriver sur le camping, et notamment les camps pour les mouvements de jeunesse, d'ici peu.

Peut-on désinfecter un masque en tissu avec du gel hydroalcoolique ? 
Non, mettre son masque dans un congélateur ou dans un micro-onde n’est pas utile non plus. L'idéal est de laver son masque, pendant un cycle de 30 minutes à 60°.

Mise à jour lundi 27 avril 2020

Pourquoi les tests sérologiques sont-ils interdits par le fédéral ?
Les tests sérologiques mesurent l’immunité c’est-à-dire les anticorps produits suite à une contamination par le virus. Parmi les fournisseurs sur le marché belge, la société liégeoise Zentech s’apprête à lancer sa propre production de tests d’immunité. Une phase d’essai de 500 tests de ce type a eu lieu au CHU de Liège et s’est montrée très convaincante. Le rapport a conclu que le test rapide de dépistage des anticorps Covid-19 de la firme répond aux exigences. Le signal doit donc venir de l’AFMPS (Agence Fédérale des Médicaments et Produits de Santé), qui attend de connaître les capacités de production de Zentech pour envisager une commande. Seuls les tests recommandés par l’AFMPS et Sciensano bénéficieront de ce remboursement.

Pourquoi n'y a-t-il pas une aide à la population concernant la fourniture de masques en tissus ? 
Les bourgmestres de 24 communes de l’arrondissement de Liège souhaitent soutenir une campagne dans au terme de laquelle, tous les citoyens auraient 2 masques en tissus. “Liège Métropole est l’ASBL qui regroupe les Bourgmestres des 24 villes et communes de l’arrondissement de Liège et une délégation de la Députation Provinciale. Ensemble, les 24 villes et communes coordonnent leur action de manière très rapprochée pour apporter des réponses identiques aux 625.000 citoyen.ne.s de l’arrondissement de Liège, le plus peuplé de Wallonie.

Cette coopération étroite et renforcée a permis jusqu’à présent d’appliquer les différentes normes liées à la crise du Covid 19 de manière uniforme dans toutes les communes liégeoises et d’échanger les bonnes pratiques pour rendre le meilleur service aux citoyen.ne.s. Il s’agit également d’interpeller les niveaux de pouvoir supérieurs sur les difficultés rencontrées et les solutions à impulser. Il y a 8 jours, les 24 Bourgmestres de l’arrondissement de Liège ont décidé de mettre en place une stratégie permettant aux 625.000 Liégeois.e.s de posséder chacun.e 2 masques réutilisables et lavables à haute température.” explique le Bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, sur son site internet.

Les personnes qui sortent de l’hôpital, suite à une hospitalisation pour Covid-19, sont-elles toujours contagieuses ? 
Pour qu’une personne ne soit plus contagieuse il faudrait, semblerait-il, un mois après la disparition des symptômes.

J'ai un BPCO sévère est-ce bien raisonnable d'aller faire les courses et d'aller dans ma famille qui me manque horriblement ? 
Le BPCO étant une maladie respiratoire, il va de soit, qu’il faut limiter tout contact avec l’extérieur ou des personnes ayant été en contact avec le virus. Pour ce qui est des mesures de sécurité, vous devez faire plus attention qu’une autre personne. Bien suivre les consignes d'hygiène.

Mise à jour vendredi 24 avril 2020

Les personnes qui ont toujours leurs amygdales sont -elles mieux protégées ? 
Les facteurs qui jouent sur le taux de vulnérabilité, connus à l'heure actuelle, de chaque individu sont : l’âge, l’état de santé, la façon dont la personne respecte les consignes de sécurité.

Et pour les écoles supérieures, qu'en est-il ?
La ministre de l’enseignement supérieur, Valérie Glatigny, a réagi, expliquent nos collègues de la RTBF. Elle a déclaré le jeudi 23 avril : "Dans trois jours, le 27 avril, tous les étudiants devront avoir reçu les modalités de chaque examen. La matière aura pu être adaptée. Les étudiants sauront aussi comment s’organisent les examens : à distance ou de façon présentielle, écrit ou oral, QCM ou à livres ouverts." Si après l’annonce de ces modalités, des difficultés matérielles sont soulevées, l’étudiant pourra interpeller son université ou sa haute école. Et selon la ministre, "l’établissement devra trouver une solution adéquate." De plus, une semaine "blanche" est prévue entre la fin des cours et le début des examens, des subsides sociaux seront disponibles pour aider les étudiants.

Recevra-t-on des masques en tissus dans chaque ménage ?
Les bourgmestres de 24 communes de l’arrondissement de Liège souhaitent soutenir une campagne au terme de laquelle, tous les citoyens auraient 2 masques en tissus. “Liège Métropole est l’ASBL qui regroupe les Bourgmestres des 24 villes et communes de l’arrondissement de Liège et une délégation de la Députation Provinciale. Ensemble, les 24 villes et communes coordonnent leur action de manière très rapprochée pour apporter des réponses identiques aux 625.000 citoyen.ne.s de l’arrondissement de Liège, le plus peuplé de Wallonie.

Cette coopération étroite et renforcée a permis, jusqu’à présent, d’appliquer les différentes normes liées à la crise du Covid 19 de manière uniforme dans toutes les communes liégeoises et d’échanger les bonnes pratiques pour rendre le meilleur service aux citoyen.ne.s. Il s’agit également d’interpeller les niveaux de pouvoir supérieurs sur les difficultés rencontrées et les solutions à impulser. Il y a 8 jours, les 24 Bourgmestres de l’arrondissement de Liège ont décidé de mettre en place une stratégie permettant aux 625.000 Liégeois.e.s de posséder chacun.e 2 masques réutilisables et lavables à haute température.” explique le Bourgmestre de Liège sur son site internet.

Pourra-t-on partir en vacances en juin ?
Pour le moment, comme l’indique le ministère belge des Affaires étrangères, le gouvernement belge a décidé d’interdire tous les voyages non essentiels vers l’étranger, jusqu’au 3 mai inclus, expliquent nos confrères de la RTBF. Le Conseil national de sécurité évaluera cette interdiction dans les semaines à venir. Dans l’hypothèse où il nous était donné la possibilité de voyager, il faudrait encore que le pays de notre choix soit prêt à accueillir des touristes. Il est difficile de prédire si oui, ou non, nous pourrons partir en vacances à l’étranger cet été car tous les pays ont des approches différentes pour contourner la pandémie Covid-19. En ce qui concerne les modalités de déconfinement, la Première ministre Sophie Wilmès s’exprimera à ce propos vendredi 24 avril.

Je suis BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive), et ne suis pas prioritaire. Comment faire ? 
Pour les personnes à risque il est conseillé, d'après la FAQ d'info-coronavirus.be de “restez chez vous autant que possible. Évitez tout contact avec des personnes extérieures à votre famille et suivez scrupuleusement toutes les mesures d’hygiène. Il est également préférable que les membres de la famille entrent le moins possible en contact avec d’autres personnes. “

Que savons-nous, à l'heure actuelle, sur un potentiel déconfinement ?
Un groupe d’experts a été désigné par le gouvernement pour décider des mesures de déconfinement. Ce groupe réunit des scientifiques mais également des juristes et économistes. Dans une première version de leur rapport, les experts suggèrent de relancer certains pans de l’économie le 4 mai, de rouvrir partiellement les écoles à partir du 18. La vie sociale pourrait reprendre, en noyaux. Le groupe devait rendre son rapport mercredi 22 avril au kern. Le Soir a pu consulter la dernière version en date. Il précise que ce document, à finaliser, exprime l’avis des dix experts. Que les gouvernements fédéral et fédérés ne sont pas contraints de le suivre. Plus d’informations concernant le déconfinement seront donnés par la Première ministre Sophie Wilmès vendredi 24 avril.

Mise à jour mercredi 22 avril 2020

Je voudrais bien savoir quand les gynécologues vont recommencer, j’ai une grossesse à risque et besoin d'un suivi. 
En général, pour les grossesses, certains cabinets gynécologiques privés reçoivent encore leurs patientes mais sans accompagnant. Pour les consultations en milieu hospitalier: les échographies les plus importantes sont réalisées et les consultations de fin de grossesse ont toujours lieu. En ce qui concerne les grossesses à risque, le suivi est normalement assurée. Si vous avez des questions ou en cas problèmes, n’hésitez pas à contacter votre gynécologue ou votre sage-femme.

Bonjour, que faire quand les parents d'un enfant travaillent tous le 2 jusque 20 h, 20h30, et que ces parents n'ont ni frère, ni sœur. Il ne reste que les grands grands-parents ! 
L’accueil des enfants dans les crèches ou garderie est maintenu mais limité aux enfants dont les parents exercent une fonction « cruciale » à savoir, pour rappel : des fonctions de première ligne (les médecins, les professionnels de la santé, le personnel soignant dans les maisons de repos, les services de sécurité, etc…) ou de soutien à cette première ligne (personnel d’accueil de l’enfance, enseignants, personnel des transports publics, des magasins d’alimentation, etc.).  Il en va de même pour les enfants qui relèvent de situations sociales spécifiques (mandat SPJ…) ainsi que pour les enfants de parents qui relèvent eux-mêmes d’une situation sociale particulière ou qui n’ont d’autres choix que de confier la garde de leurs enfants aux grands-parents qui sont un public fragile. Au-delà de ces situations, il est demandé aux parents de garder leurs enfants au domicile familial.

Quand va-t-on autoriser les visite de logements ? Je suis dans un logement totalement insalubre que je doit quitter d’urgence mais vu que les agences sont fermées, les visites ne sont plus possible depuis plus d’un mois … 

Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, le Gouvernement wallon et le Réseau wallon de lutte contre la Pauvreté ont lancé une task force d'urgence sociale afin d'adopter une approche concertée des problèmes qui surviendront dans le cadre de cette crise sanitaire et qui impacteront les populations les plus vulnérables. Ce groupe de travail a mis en place de deux dispositifs d’aide pour les situations d’urgences : le renforcement du numéro vert 1718 (Le numéro est gratuit et accessible de 8h30 à 17h tous les jours ouvrables.) et la mise à disposition de FAQ spécifiques sur le site luttepauvrete.wallonie.be. Toute personne ayant une question relative aux aides existantes en matière d'alimentation, de crédit, de logement, de situation professionnelle ou de chômage est donc invitée à utiliser un de ces deux canaux pour recevoir un accompagnement personnalisé.

Mise à jour mardi 21 avril 2020

Quand un traitement sera-t-il disponible ? 
Actuellement, l’Europe a commencé des essais cliniques pour trouver un traitement contre le Covid-19. Ces essais sont également mis en place dans nos hôpitaux belges. L’essai clinique Discovery, c’est son nom, expérimente quatre traitements. Le plus connu et le plus médiatisé est celui du Dr Raoult, infectiologue de Marseille, réalisé à base d’hydroxychloroquine. On parle également de traitements expérimentaux comme du “Remdesivir”, un antiviral contre Ebola ou encore du médicament antigrippal “Avigan” venant du Japon. Mais à l’heure actuelle, il n’y a aucun traitement miracle pour soigner du coronavirus. Beaucoup de pistes sont explorées mais, il n’y a pas encore assez d’études confirmant leurs actions.

Est-il vrai que les fumeurs sont moins à risque d'être atteints par le coronavirus ?
Le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue et tabacologue français était l'invité de la chaîne LCI ce lundi 20 avril. Il a expliqué qu’il y avait, en effet, un faible taux de malades du Covid-19 parmi les fumeurs, relevé par des études américaines et chinoises. On ne sait pas encore expliquer ce constat. Une série d'études sont actuellement menées, explique-t-il, afin d'étudier l’impact de la cigarette sur le Covid-19. Quels que soient les résultats de ces études, le professeur insiste sur le faite que la cigarette n’est en aucun cas un moyen thérapeutique contre le coronavirus.  “Le tabac ne sera pas une solution contre le Covid-19, ce serait traiter sa pneumonie à la kalachnikov. La cigarette il faut toujours arrêter, fumer ne sera jamais positif”. De plus, si les fumeurs semblent moins impactés par le virus pour le moment, ceux qui sont touchés développeraient des formes plus graves de la maladie, selon Frédéric Le Guillou, président de l'association Santé Respiratoire France au micro de BFM TV.

Les magasins d'alimentation pour animaux sont ouverts. Mais pourquoi les salons de toilettage ne le sont-ils pas ? 

Seuls les magasins et commerces essentiels sont ouverts. Pour rappel:

  • Des magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit (jusque 22h)
  • Des magasins d’alimentation pour les animaux
  • Des pharmacies
  • Des marchands de journaux
  • Des stations-services et fournisseurs de carburants
  • Des magasins de télécommunications, à l’exclusion des magasins qui ne vendent que des accessoires, mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un client à la fois et sur rendez-vous.
  • Des magasins de dispositifs médicaux (magasins de soins à domicile, opticiens, centres auditifs, bandagistes), mais uniquement pour les urgences, en ne recevant qu’un client à la fois et sur rendez-vous.
  • Des magasins d’assortiment général de bricolage
  • Des jardineries et pépinières
  • Des magasins en gros destinés aux professionnels

Tous les autres magasins sont fermés mais sont encouragés à poursuivre leurs activités par téléphone ou en ligne, s’ils peuvent garantir les livraisons à domicile. En ce qui concerne les animaux,  Les soins essentiels aux animaux sont importants et doivent être assurés. Les cas urgents peuvent être reçus par un vétérinaire. Les salons de toilettage, qui ne représentent pas des soins essentiels, sont fermés. Le service à domicile est également interdit.

Mise à jour lundi 20 avril 2020

Des rumeurs circulent sur une potentielle transmission du Covid19 par l'eau du robinet, est-ce vrai ? 
La Société Wallonne Des Eaux (SWDE) assure un service 24h/24 et 7 jours sur 7 et contrôle fréquemment la qualité de notre eau. Celle-ci est garantie sans microbe ni virus ne contiendrait donc aucune trace du coronavirus. Benoît Moulin, porte-parole de la SWDE explique à nos confrères de la RTBF : "L'Organisation Mondiale de la Santé a fait des analyses un peu partout dans le monde, et nulle part, on n'a retrouvé, jusqu'à présent, de traces de Covid-19 dans l'eau de distribution". L'eau de notre robinet subit toujours un traitement, notamment au chlore pour qu’elle soit propre à la consommation. Mais ce traitement n'est pas plus important que d'habitude. Le porte-parole précise : "La chloration existante, qui est plafonnée réglementairement, suffit largement pour éviter toute présence de Covid-19 dans l'eau du robinet".

Et les personnes atteintes d'un cancer ? Elles doivent continuer leur traitement ! 
Les personnes atteintes du cancer ne sont pas oubliées, les services de cancérologie fonctionnent au mieux pour le confort des malades. “D’une manière générale, tous les examens et les traitements non urgents sont reportés à une date ultérieure. Si vous êtes en cours de traitement pour le moment, il sera poursuivi sauf avis contraire de l’équipe médicale qui vous suit. Donc, sauf avis contraire de l’hôpital, vous devez vous rendre à vos rendez-vous” la fondation contre le cancer sur leur site internet, dans une FAQ consacrée au covid 19.

Ce qui me tracasse : si une entreprise vous donne une facture, ce document peut-il être infecté ? Qu'en est-il également d'un livre que l'on vous prête ? 
Le risque d’une infection par le biais d’un contact avec des objets ou des surfaces existe mais il est beaucoup plus faible que lors d’un contact direct avec une personne infectée. Pour rappel : le coronavirus survit en moyenne environ trois heures sur des surfaces et des matériaux lisses (poignées de porte, les rampes, les tables, etc.). Le virus ne survit pas bien sur du matériel absorbant (tel que le carton, le papier, les livres, le textile…). De plus, le virus est très sensible au dessèchement, à la chaleur et à la lumière du soleil. Il reste néanmoins important de bien se laver les mains de manière régulière et rigoureuse après un contact avec des surfaces et des emballages qui ont été touchés par de nombreuses personnes.

"Je n'ai pas vu mon compagnon depuis un mois, est ce qu'il peut venir au moins une fois ? Je suis de Liège et lui de Verviers."
Selon Yves Stevens un expert du Centre de crise dans un article publié sur la RTBF: “Les partenaires adultes ayant une relation stable et un cercle limité de contacts doivent pouvoir se rendre visite”. 
Il est tout de même demandé par les autorités du pays de garder ses distances et de ne se déplacer que dans des situations de nécessité : courses, pharmacie,...

Pourquoi le gouvernement n'autorise pas les laboratoires à effectuer les tests sur les échantillons qu'ils ont déjà reçu depuis 1 mois, alors qu'ils ont tout pour les faire ? 
Philippe De Backer, ministre en charge de l'approvisionnement en matériel médical dit que la centralisation des tests de dépistage se justifie par le manque de réactif (produit pour analyser la présence ou non du covid-19 dans l'échantillon) dans le pays. "Et dès que la validation des protocoles de tests sérologiques sera acté, les laboratoires agréés seront à nouveau sollicités", a-t-il ajouté.

Pourquoi faire des tests dans les maisons de repos si le personnel soignant qui est testé positif doit continuer à travailler tant qu'ils ne sont pas symptomatiques ? 
Les aides soignants testés positifs continueront à travailler seulement si un service de quarantaine covid a été mis en place dans la maison de repos. Sinon les personnes testées positives rentrent chez elles.

Pouvez-vous faire un rappel des mesures de confinement ? 
Les personnes sont tenues de rester chez elles. Uniquement les sorties de nécessité sont autorisées. Cela inclut : 

  • Se rendre à son travail 
  • Effectuer un déplacement professionnel 
  • Se rendre dans un commerce autorisé 
  • Aller au distributeur de billets des banques ou à un bureau de poste 
  • Aller chez le médecin 
  • Porter assistance à une personne vulnérable (mineurs, personnes âgées, personnes présentant un handicap et autres personnes vulnérables)
  • Effectuer une activité autorisée.

Pour rappel, il est interdit de : 

  • Se rassembler dans les parcs, bois, halages, autres lieux publics
  • Prendre son vélo ou sa voiture pour se déplacer dans un parc, bois,... pour s’y balader ou y faire du sport. Si vous souhaitez vous aérer, prenez l’air au départ de votre domicile à pied ou à vélo, dans un environnement proche, pour une durée limitée.
  • Partir en randonnée sur de longues distances pendant plusieurs heures.

Un non-respect des règles en vigueur sera verbalisé d’une amende administrative ou pénale allant jusqu’à 4000€. Les parents (les personnes civilement responsables de leurs enfants mineurs) seront sanctionnés si leurs enfants ne respectent pas les règles.

Comment se fait-il qu'il y a encore beaucoup de cas positifs alors que nous sommes en confinement ? Comment se font-ils contaminer ? 
L’effet du confinement commence seulement un petit peu à se ressentir ( voir la courbe sur https://epistat.wiv-isp.be/covid/covid-19.html) de plus un patient reste contagieux pendant une période d’un mois plus où moins après l’apparition des symptômes, même s’il est guéri.

Mise à jour jeudi 16 avril 2020

Où en sommes-nous dans l'évolution de la création d'un vaccin ? 
Des essais cliniques d’un vaccin contre le coronavirus seront lancé en Allemagne et en Belgique au mois de juin, explique le nouveau président du conseil de surveillance du laboratoire allemand CureVac, Jean Stéphenne au Soir.

Attendons-nous que le nombre de personnes infectées tombe à zéro avant de passer au déconfinement ? 
”L'option d'un déconfinement progressif est envisagée par de nombreux experts. La ministre de l’Économie Nathalie Muylle (CD&V) a déjà fait connaître son scénario de prédilection: d'abord la réouverture des écoles, ensuite le retour au travail in situ des télétravailleurs, la réouverture des commerces et, ensuite, des restaurants et cafés. Et finalement les grands lieux de rassemblement (expositions, festivals...).Un autre type de déconfinement par étapes pourrait scinder la population en deux parties, en gardant confinées les populations à risques élevés (dont un contact est infecté, les personnes âgées...) et en libérant les personnes à faible risque.” (Comme expliqué ici par le journal l'Echo). De nombreux facteurs rentrent en compte pour une décision de déconfinement comme : le nombre de personnes infectées restantes, le nombre de guéris, la place dans les hôpitaux,... tous ces paramètres sont étudiés pour limiter au mieux la rechute lors du déconfinement.

Mise à jour mercredi 15 avril 2020

Quand allons nous savoir si le confinement est prolongé ? 
Le Conseil national de sécurité se réunira mercredi 15 avril prochain pour décider si les mesures contre la propagation du Covid-19 doivent être prolongées. Celles-ci pourraient rester en vigueur jusqu’au 3 mai.

On entend qu'une éruption cutanée pourrait également un symptôme du covid-19, est-ce vrai ? 
Emmanuel André, virologue et porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, a expliqué qu’une manifestation cutanée pourrait être un marqueur éventuel d’infection. Mais selon lui, en aucun cas il ne faut considérer que cela atteste une infection. Il est important de continuer à respecter les règles de diagnostic proposées par les instances fédérales. D’après des dermatologues français, ces éruptions cutanées se manifesteraient sous forme de pseudo-engelures ou de rougeurs persistantes.

Ils parlent de remettre les enfants à l'école, comment vont-ils pouvoir gérer les transports en commun si les passagers ne peuvent monter qu'à 5 dans 1 bus ? Les derniers vont arriver a l'école quand les premiers auront fini vu le monde dans les bus le matin. 

Des mesures de déconfinement ont en effet été abordées mais rien n’est encore fait. Au moment d'écrire ces lignes le déconfinement est encore au stade de l'élaboration et rien n'a été arrêté. Il faut d’abord attendre la réunion de ce mercredi 15 avril pour savoir si oui, ou non, le confinement sera prolongé avant de spéculer sur l’avenir en dehors du confinement.

Membre de St-Vincent de Paul, je vais chercher les invendus dans une boulangerie. J'ai une attestation. Est-ce suffisant ? 
Dans la mesure où vous respectez les règles de distances sociales il ne devrait pas y avoir de problème. 
Pour rappel, voici les déplacements qui sont autorisés, selon le site internet info-coronavirus.be :

  • Les déplacements professionnels (y compris les déplacements entre le domicile et le travail) ;
  • Les déplacements indispensables (aller chez le médecin, au magasin d’alimentation, à la poste, à la banque, à la pharmacie, faire le plein d’essence ou aider des personnes dans le besoin, les sans-abris, les déplacements vers la garderie de ses enfants, les déplacements exigées dans le cadre d’une obligation légale, …) ;
  • Les activités physiques et les promenades sont encouragées et ce, dans le respect des mesures de distanciation sociale. Ces activités sont autorisées pour le temps nécessaire pour les exercer. Après l’exercice de ces activités, le retour à son domicile est obligatoire. Dans le cadre de ces activités, l’on doit rester en mouvement en permanence. Il est donc par exemple interdit de s’installer dans les parcs afin de faire un pique-nique ou de prendre le soleil. Une tolérance sera acceptée pour les personnes âgées et les femmes enceintes. De la même manière, les mesures ne peuvent s’appliquer strictement aux personnes à mobilité réduite ou souffrant d’un handicap mental.
  • Seuls les vélos (y compris les vélos électriques) et les engins non motorisés peuvent être utilisés pour les activités. Cette restriction ne s’applique pas aux personnes à mobilité réduite.
  • Les déplacements en voiture en vue de s’aérer sont autorisés pour : Les familles avec enfant jusqu’à 5 ans compris ; Les personnes à mobilité réduite (en ce compris personnes âgées et femmes enceintes…) ; Les personnes accompagnant des personnes porteuses d’un handicap physique ou mental.
  • Tous les autres déplacements essentiels mentionnés sur la page info-coronavirus.be.

Avons-nous la certitude qu’une personne guérie ne peut plus contracter le virus ?
Les personnes qui ont attrapé le Covid-19 une première fois et qui en sont guéries, sont considérées immunisées. Car le corps, face à une maladie, va produire des anticorps pour combattre un virus. Une fois le virus combattu, les anticorps restent présents pour éviter une nouvelle menace. C’est donc pour cela qu’on suppose qu’on ne peut pas attraper deux fois ce même virus. Mais nous ne connaissons pas tout du Covid-19 et il reste possible que le virus mute, prenne une autre forme. Si c’est le cas, les personnes immunisées de la première forme du virus pourraient alors très bien le contracter à nouveau, sous sa forme mutée. C'est ce qui se passe, par exemple, chaque année avec la grippe saisonnière. La maladie évolue chaque hiver et le vaccin change d'une année à l'autre pour s'adapter à la nouvelle souche du virus. Si nous nous faisons vacciner contre la grippe une année, il est possible que l’on contracte quand même cette maladie l’année d’après, sous une autre forme. (Source : Marie-Paule Kieny, virologue et ancienne sous-directrice générale de l'OMS, pour le Parisien).

Mise à jour mardi 14 avril 2020

Peut-on savoir clairement quelles matières utiliser pour confectionner des masques efficaces ? On lit tout et n'importe quoi à ce sujet … 

Sur la page Facebook du SPF Santé publique vous trouverez toutes les informations utiles concernant la fabrication de masques. Voici quelques uns de leurs conseils. Il est préférable de faire différentes couches de tissu pour son masque car elles offrent une meilleure protection qu'une seule couche. Ensuite, vous devez utiliser des matériaux filtrants tels que le sac d'un aspirateur pour la couche du milieu. En ce qui concerne les autres couches, les essuies de cuisine offrent une meilleure protection que certains tissus en coton. Attention, la soie, les tissus trop imperméables et les tissus synthétiques protègent moins bien. Il ne faut pas que les couches de tissu soient trop épaisses car elles rendent la respiration plus difficile et sont désagréables à porter longtemps. De plus, les masques épais vous font transpirer davantage, vous démangent et ils vous feront toucher (inconsciemment) votre visage.

Pour finir, on vous rappelle qu’il est essentiel de laver régulièrement ces masques buccaux à la machine à haute température pour éliminer au maximum le virus.

Où peut-on trouver des masques ? 
Les masques de type chirurgical et de type FFP2 sont prioritairement réservés aux professionnels de la santé et aux personnes les plus exposées. Pour les professionnels de la santé, des distributions de masques sont souvent organisées. Ils sont prévenus via leur organisme de référence. Pour les autres personnes, elles sont encouragées à confectionner des masques alternatifs en tissu. Des tutoriels sont disponibles sur plusieurs sites internet ou page Facebook, notamment celle du SPF Santé. Mais si vous n’avez pas le matériel nécessaire pour en fabriquer, il est encore possible d’acheter des masques en pharmacie. Il se peut que celles-ci soient en rupture de stock mais elles restent généralement approvisionnées. Cependant, certaines pharmacies vous peuvent se garder le droit de limiter le nombre de masque vendu par client.

Pour rappel, le port du masque n’est pas obligatoire en Belgique, mais il est parfois conseillé dans certaines communes.

Pourquoi n'y a-t-il pas de représentants syndicaux dans le comité "déconfinement" ? Ainsi qu'un.e sociologue et un.e représentant.e de l'enseignement ? 
Le « Groupe d’experts en charge de l’exit strategy » (GEES) est constitué de cinq experts sanitaires (virologues, épidémiologistes…) tels qu’Emmanuel André, Marius Gilbert ou Marc Van Ranst et de cinq spécialistes issus de la sphère socio-économique avec entre autre Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale et Johnny Thijs, président d’Electrabel. Beaucoup de personnalités du monde scientifique et politique déplorent le manque de représentant en ce qui concerne le côté humain et bien-être psychologique.

Pour Marius Gilbert, chercheur en épidémiologie, la configuration choisie par la Première ministre Sophie Wilmès permet « une grande liberté de parole, de points de vue ». En réponse aux demandes d'élargissement du groupe, le gouvernement répond que la secrétaire générale de la Fédération des services sociaux, Céline Nieuwenhuys, qui fait donc partie de ce groupe d’experts, représente les services sociaux et psychosociaux associatifs. Céline Nieuwenhuys est assistante sociale et sociologue de formation et concrètement, elle aura pour mission d’évaluer la catastrophe sociale potentielle consécutive à la crise du coronavirus. (Comme expliqué dans le journal Le Soir et sur 7/7). 

 

Pourquoi, lorsqu’une personne est diagnostiquée positive au covid19, elle ne peut avoir accès au protocole Raoult en Belgique ? 
Pour rappel voici en quoi consiste le protocole Raoult: 
“un traitement par l’association hydroxychloroquine (200 mg x 3 par jour pour 10 jours) + Azithromycine (500 mg le 1er jour puis 250 mg par jour pour 5 jours de plus), dans le cadre des précautions d’usage de cette association (avec notamment un électrocardiogramme à J0 et J2), et hors AMM. Dans les cas de pneumonie sévère, un antibiotique à large spectre est également associé.” (Source)
Le protocole Raoult n’est pas mis aux oubliettes en Belgique. Les différentes agences responsable de la santé souhaitent simplement faire plus de test sur la véritable efficacité de la Chloroquine sur le virus. En effet, l’étude réalisée par le professeur Raoult n’a été faite que sur une vingtaine de patients. Un échantillon qui, selon certain est insuffisant pour populariser cette pratique médicale. 

Comment peut on parler d'amélioration quand les gens ne sont pas dépistés en masse et qu'on sait qu'il y a des faux négatifs ? À quand le dépistage pour tous ?
La capacité de tests pour dépister le Covid-19 "s'élèvera à environ 10.000 d'ici la fin de la semaine (... semaine du 6 avril...) ” assure le cabinet du ministre Philippe De Backer, en charge de la taskforce consacrée à l'approvisionnement en dispositifs médicaux dans le cadre de la crise du coronavirus. D'ici quelques jours débuteront également 20.000 tests dans les maisons de repos.” Toujours d’ici la fin de semaine, des tests ultra rapide devraient être effectués dans certains hôpitaux."
Une collaboration étroite avec les chercheurs de différentes universités ( gembloux, Uliège, UMons…) est d’application pour palier au mieux aux demande de dépistage. Il est cependant important de préciser que le dépistage pour tous ne serait pas concluant tant que nous n’avons pas dépassé le pic de contamination. En effet, le dépistage de masse étudierait la situation à un moment T. Situation qui pourrait évoluer quelques jours, quelques heures plus tard.

Quelles sont les mesures prises pour les routiers ? 
Plusieurs mesures ont-été prise pour sécuriser au mieux les travailleurs routiers: 

  • Les conducteurs et les membres du personnel des lieux de chargement et de déchargement doivent observer les mesures « barrières » d’hygiène et de distanciation sociale. « Lorsque les lieux de chargement ou de déchargement ne sont pas pourvus d’un point d’eau, ces lieux sont pourvus de gel hydro-alcoolique », impose le décret.
  • Le véhicule doit s’équiper « d’une réserve d’eau et de savon ainsi que de serviettes à usage unique, ou de gel hydroalcoolique ».
  • Le décret précise en outre que l’accès à un point de chargement ou de déchargement, « y compris à un point d’eau lorsque ce lieu en est pourvu », ne peut être refusé au conducteur.
  • La remise et la signature des documents de transport doivent être réalisées sans contact entre les personnes.
  • La livraison est effectuée au lieu désigné par le donneur d’ordres et figurant sur le document de transport.
  • « Dans le cas de livraisons à domicile, les chauffeurs, après communication avec le destinataire ou son représentant, laissent les colis devant la porte en mettant en œuvre des méthodes alternatives qui confirment la bonne livraison et ne récupèrent pas la signature du destinataire », impose le décret.
  • Enfin, « il ne peut être exigé de signature d’un document sur quelque support que ce soit par le destinataire ou son représentant. ». (Source: https://www.flotauto.com/covid-19-consignes-transport-routier-20200320.html) 

Le covid19 est officiellement reconnu comme une maladie professionnel par l’agence fédérale des risques professionnels. Dans ce sens, il est indiqué sur leur site internet que : “Les personnes ne travaillant pas dans le secteur des soins de santé peuvent éventuellement être reconnues par le biais du « système ouvert ». Ces personnes ne doivent pas uniquement être exposées au risque professionnel de la maladie, mais doivent par ailleurs prouver qu’elles ont effectivement contracté la maladie en raison de leur travail. Le demandeur ne doit pas indiquer au sein de quel système il veut être reconnu. Fedris va le déterminer et posera des questions complémentaires, le cas échéant.”
Source et document à remplir sur : https://www.fedris.be/fr/node/2701?_ga=2.65411815.83922319.1586513593-1304783311.1586513593 

 

Mise à jour vendredi 10 avril 2020

Pourquoi le Fédéral a imposé un arrêté royal interdisant l’achat de tests aux villes, provinces, réseaux hospitaliers en autres ? 
"Les tests rapides pour détecter le covid-19 ne deviennent positifs que plusieurs jours après la contamination. Ces tests donnent un faux résultat négatif s'ils sont faits peu de temps après que le patient ait eu un contact à risque ou juste après l'apparition des symptômes. Le patient peut donc continuer à transmettre le covid-19 à d'autres personnes de son entourage en pensant qu'il n'est pas malade", explique l'Agence fédérale des médicament  dans le journal “Le Soir”

Pourquoi ne pas dépister les personnes à risque via leur médecin traitant qui, lui, connaît la santé de son patient ?
Afin de limiter au mieux la contamination des médecins qui eux sont en première ligne et ainsi assurer un suivi des patients, il est demandé aux médecins, de faire les consultations par téléphone. Le médecin de famille ( qui a bonne connaissance du dossier médical du patient) sera capable de juger si oui ou non le patient doit se rendre dans un centre de dépistage (où le personnel est équipé au mieux pour limiter la propagation du virus). Retrouvez l’ensemble des procédures dictées à l'ensemble du corps médical sur :https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Pages/2019-nCoV_procedures.aspx#Laboratoire.  

Que se passe-t-il avec l’approvisionnement en matériel et tests ? Est-ce que la pénurie est réelle ? 

  • Niveau masque : Malheureusement la réponse reste encore floue. Si nous avions un peu d’espoire quant aux trois millions de masque arrivés sur le sol belge la semaine dernière, ils viennent d’être jugés rejetés. “Ils n’offrent pas une protection suffisante” selon Philippe De Backer. 
  • Niveau test de dépistage : La capacité de tests pour dépister le Covid-19 "s'élèvera à environ 10.000 d'ici la fin de la semaine” assure le cabinet du ministre Philippe De Backer, en charge de la taskforce consacrée à l'approvisionnement en dispositifs médicaux dans le cadre de la crise du coronavirus aux pages du Vif. D'ici quelques jours débuteront également 20.000 tests dans les maisons de repos.” toujours d’ici la fin de semaine, des tests ultra rapide devraient être effectués dans certains hôpitaux. Une collaboration étroite avec les chercheurs de différentes universités ( gembloux, Uliège, UMons…) est d’application pour palier au mieux aux demande de dépistage.
  • Niveau test d’immunité des anti-corps : là l’idée n’est pas de voir si la personne est malade, mais bien si elle a développé les anticorps qui lui permettront de ne pas être infectée. Il suffit d’un peu de sang et de 15 minutes pour qu’un médecin puisse vous dire si vous êtes immunisé. La fiabilité de ce test est de 98%. Il a été développé par une start-up liégeoise en collaboration avec une entreprise chinoise. Pour l’instant, le diagnostic est jugé pas suffisamment fiable mais dès qu’il le sera, ce type de tests sera déployé, après le pic de la crise.” source: Bientôt 10.000 tests de dépistage du coronavirus par jour en Belgique 
  • Autres matériels : Santhea une fédération patronale des institutions de soins de santé ayant des membres à Bruxelles et en Wallonie lance depuis le mois de mars un appel au don. Beaucoup d’hôpitaux, de maison de repos et autres centre médicaux manquent de masques, de blouses, de lunettes de protection, ect. Si certaines entreprise comme l’opéra de Liège ont prêté mains forte pour palier au manque, la pénurie reste toujours présente. Si vous pensez pouvoir aider de quelque manière, n’hésitez pas à envoyer un email à l'organisation: corentin.leterme@santhea.be

À quand les dépistages en masse ?
”La capacité de tests pour dépister le Covid-19 "s'élèvera à environ 10.000 d'ici la fin de la semaine” assure le cabinet du ministre Philippe De Backer, en charge de la taskforce consacrée à l'approvisionnement en dispositifs médicaux dans le cadre de la crise du coronavirus aux pages du Vif. D'ici quelques jours débuteront également 20.000 tests dans les maisons de repos.” toujours d’ici la fin de semaine, des tests ultra rapide devraient être effectués dans certains hôpitaux.

Comment sont comptabilisés les malades avec fièvre et autres symptômes... vu qu’on leur demande d’attendre chez eux ?
Les personnes malades qui ne sont pas hospitalisées ont dû contacter leur médecin traitant. Celui-ci a donc comptabilisé les malades car il doit rendre régulièrement un rapport spécifique au coronavirus. De plus, les chiffres journaliers concernant le Covid-19 ne reprennent que les cas déclarés. Il se peut que des personnes soient infectées mais asymptomatiques (qui ne présente aucun symptôme) et donc ces personnes ne sont pas comptabilisées car elles n’ont pas pris contact avec leur médecin. Elles font donc partie des cas non-déclarés de covid-19.

Pourquoi ne parle-t-on pas des prisons ? L’hygiène sur place semble au plus bas. Quand on doit déposer le linge, il n’est même pas désinfecté et tout le monde y touche… 
Le Ministre de la justice Koen Geens, explique chercher des mesures équilibrées en vue de protéger la santé du personnel et des détenus. Il ajoute que le risque potentiel de contamination vient du monde extérieur, et non de l'institution en elle-même. C’est pour cela que certains services ont été adaptés. Les visites sous toutes leurs formes sont annulées jusqu'à nouvel ordre. C’est-à-dire : les visites dans la salle des visites, les visites des enfants, les visites hors surveillance (visites dans l’intimité, visites familiales) et les visites au carreau. Pour compenser la suppression de ces visites, le détenu reçoit un crédit d’appel supplémentaire de 20 euros pour pouvoir maintenir le contact avec sa famille et ses amis, en ces temps difficiles. Le Ministre tient également à rappeler qu'un contrôle clinique de la température est effectué sur chaque personne entrante. (source : https://justice.belgium.be/fr/corona)

Quelqu’un qui est guéri du coronavirus est-il toujours contagieux ? 
Il semblerait qu’il faudrait  un mois pour que le virus soit complètement éliminé.  (OMS)

Le corps médical de l’armée ne peut-il pas aider à la gestion de cette crise ? 
« La Défense s’alignera au maximum de ses capacités sur ces nouvelles mesures. La priorité va à la santé du personnel et à la poursuite des tâches sécuritaires essentielles incombant à notre organisation, tant sur notre territoire qu’à l’étranger. La Défense examinera ensuite et en étroite collaboration avec le gouvernement, comment ses capacités militaires existantes, principalement dans le domaine médical, peuvent être mises à la disposition de la communauté afin de lutter de manière solidaire contre le Coronavirus » Explique le chef de la Défense, le général Marc Compernol sur le site internet de la défense.

La population veut se protéger avec des masques. Arrivent-ils ? 
Malheureusement la réponse reste encore floue. Si nous avions un peu d’espoir quant aux trois millions de masque arrivés sur le sol belge la semaine dernière, ils viennent d’être jugés "rejetés". “Ils n’offrent pas une protection suffisante” selon Philippe De Backer.

Mise à jour jeudi 9 avril 2020

Avec le retour des beaux jours, du bon temps et la température qui grimpe, pouvons-nous espérer que cela va “tuer” le virus ?
Pas si simple, répondent les scientifiques. Si l’on espère que la transmission du Covid-19 diminuera avec les premières chaleurs, rien n’est moins sûr. Emmanuel Bottieau, de l'Institut de médecine tropicale d'Anvers : " On ne peut pas dire avec certitude que le Covid-19 ne survivra pas pendant les chaleurs de l'été. En juillet 2012, un premier homme a été infecté par le MERS- Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, un coronavirus voisin du Covid-19. Il était au Qatar et il revenait d'Arabie Saoudite. Ce sont deux pays où les températures peuvent monter très haut". Il est vrai aussi qu'il y a des cas de Covid-19 à  Singapour, au Vietnam ou encore en Thaïlande. Pas dans la même proportion qu'en Corée du sud ou en Italie, mais ce sont des zones qui ne sont pas réputées pour leur fraicheur. Mais tout comme le virus de la grippe, le Covid-19 est entouré d’une membrane biologique, ce qui le rend très fragile. Cette membrane est particulièrement sensible à la dessiccation, autrement dit l’exposition à l’air sec. Elle ne survit pas sur des surfaces comme des tables ou des sols quand il fait chaud et sec.

Serons-nous vraiment protégés après le confinement ?
Le scénario d’une seconde vague épidémique est envisageable. Surtout si les échanges et le trafic international reprennent rapidement. "La fin du confinement signifiera que le risque majeur est passé, mais pas que le virus a disparu, explique le Dr Loïc Etienne, médecin urgentiste. Pour limiter le risque de nouvelles contagions, certaines mesures de distanciation sociale devront donc être maintenues.

Quand les frontières européennes seront-elles rouvertes ? Une connaissance est actuellement à l’étranger et se demande quand elle pourra rentrer en Belgique ! 
L’ouverture des frontières européennes était initialement prévue 30 jours après la fermeture. Mais en ce qui concerne les rapatriements des Belges à l’étranger, le principe général applicable est que toute personne de nationalité belge avec ou sans résidence principale en Belgique, les résidents de longue durée en Belgique et les personnes ayant une résidence légale en Belgique peuvent revenir en Belgique. 

Mais si vous constatez que les frontières du pays dans lequel vous séjournez sont effectivement fermées et que même les voyages pour rentrer chez vous ne sont plus possibles, le Service public fédéral Affaires étrangères vous conseille de rester où vous êtes. Assurez-vous d’avoir un logement et essayez via des contacts en Belgique d’assurer votre assistance, notamment avec votre banque ou des bureaux de change (Western Union), votre médecin (médicaments), vos familles et amis. Dans les circonstances actuelles, qui sont sans précédent, les moyens d’action des Ambassades belges sont limités. En cas d’urgence, les Ambassades, Consulats ainsi que le call center à Bruxelles sont prêts à assister les compatriotes belges à l’étranger, mais il importe aussi que les citoyens prennent leurs responsabilités et suivent de près les instructions des autorités locales.

Pourquoi ne pas faire un test systématique des personnes qui doivent se déplacer, notamment pour le travail ? 
Pour le moment c’est matériellement impossible. Nous ne disposons pas actuellement d’assez de tests pour pouvoir dépister à grande échelle. De plus, les tests d’immunités, sérologiques, sont actuellement jugés non fiables par le gouvernement et donc interdits en Belgique. Mais il y a une forte demande du monde médical parce que cette méthode permet de voir si le patient a des anticorps, donc s'il a été en contact avec le virus et s'il est immunisé. En sachant qu'il faut deux bonnes semaines pour que des anticorps se développent.

Mon papa vit en appartement, puis-je le prendre chez moi en respectant les mesures d’hygiène et de distanciation pour qu’il puisse profiter du jardin ?
En théorie non il n’est pas possible de faire déménager une personne. Cela aurait dû être fait avant le début du confinement.

Pourquoi ne pas faire faire des tests en pharmacie ? 
Selon Michel Goldman, professeur d'immunologie à l'Université libre de Bruxelles : de tels tests devraient être mis en place. Malheureusement, beaucoup de détails bloquent au niveau de la logistique. Comment faire ces test sans briser les règles de confinements et de distanciation sociale ? Comment définir l’ordre de priorité au test (personnel médical, police, transport en commun…). "Nous n'avons pas la capacité nécessaire en Belgique. C'est un plan à mettre en oeuvre à l'échelon européen. Il faut d'urgence mobiliser les industriels européens qui ont une connaissance en ces matières", explique Michel Goldman. 

Pourquoi la Flandre est-elle plus “touchée” que la Wallonie ?
"Cela est dû à la densité de population en Région wallonne, par exemple. Mais il existe néanmoins un foyer dans le Hainaut; nous y sommes très attentifs», explique Emmanuel André, microbiologiste, professeur de médecine à la KU Leuven au journal Le Soir. 

Mise à jour mercredi 8 avril 2020

Y a-t-il un risque de mutation de ce virus avant que l’on trouve un vaccin ? 
Des recherches scientifiques montrent que le coronavirus Covid-19 mute plus lentement que d’autres virus respiratoires comme la grippe saisonnière. A priori le virus ne deviendrait donc pas plus dangereux qu’actuellement. De plus, et c’est le plus important pour la recherche, un potentiel vaccin pourrait avoir un effet durable. Et si le nouveau coronavirus présente, par rapport au début de l’épidémie, des modifications subtiles de son génome, il semble toujours être le même.

Combien de temps ce virus reste-t-il vivant sur les vêtements ? Et sur les autres surfaces ? 
Dans des conditions idéales, le virus survit en moyenne environ trois heures sur les surfaces et les matériaux lisses (comme les poignées de porte, les rampes, les tables, etc.). Le virus ne survit pas bien sur du matériel absorbant (tel que le carton, le papier, le textile...). Le virus est très sensible au dessèchement, à la chaleur et à la lumière du soleil. En désinfectant une surface, les particules de virus sont éliminées.

Combien de temps ce virus reste-t-il dans l’air ?
Le covid-19 peut rester dans l’air jusqu'à 3 h.

En ce qui concerne les propriétaires de chevaux, que peut-on faire ou ne pas faire ? On peut les nourrir ?
Il est autorisé de circuler sur son propre pâturage ou sa propre piste. L'équitation (sur son propre cheval) dans le centre équestre n’est autorisée que dans le cadre du bien-être animal, si le centre équestre ne peut pas s’en occuper lui-même et à condition que les mesures de distanciation sociale soient respectées. Il est permis de se déplacer avec son véhicule entre son habitation et le manège, et le cas échéant de transporter par véhicule son cheval.

On peut faire un barbecue, chez soi, avec toutes les personnes qui habitent sous notre toit ?
Oui, si ce sont des personnes qui vivent sous le même toit et que cela se fait dans son propre jardin. Précisons que la police peut vérifier qui participe à ce barbecue, même en terrain privé

Quelle est le périmètre (en kilomètre) autorisé autour de son domicile pour se promener ?
Les promenades sont autorisées autour du domicile “utilisé” lors du confinement. Pas plus d’un kilomètre. 2 personnes maximum tout en respectant les règles de distance sociales (1m50 d’écart). Il est interdit de prendre la voiture pour aller se promener. (Source: responsable téléphonique du site internet info-covid19.be)

Pourquoi ne pas désinfecter les rues comme dans d’autres pays ? (Comme en Chine, dans certaines communes de France ou en Corée du Sud).
Selon Emmanuel André,virologue :” Ce n’est pas utile car les vecteurs du virus dans cette épidémie, ce ne sont ni les arbres, ni l'asphalte. Ce sont les personnes qui sont infectées. L’environnement dans lequel nous vivons est un environnement sur lequel le virus peut se déposer de manière temporaire, éventuellement être retransmis via le contact des mains etc. Mais c’est de façon temporaire. Le virus, quand il est à l’extérieur, s’il se dépose sur un arbre ou un banc, il va finir par disparaître. Il va mourir dans les heures voire les jours qui suiventIl faut savoir que ces désinfections n’agissent qu’à un certain moment et n’agissent que sur ces surfaces et pas sur les vecteurs que sont les hommes. Il faut que toutes les mesures que nous prenons s’appliquent pour diminuer l’infection des hommes”

 










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte