RTC

Une quarantaine d'employés réclament la démission de l'échevin Stéphane Rocour à Braives

Photo d'illustration - Image Belga
 03 mars 2020 08:54   Braives


Une quarantaine de membres du personnel communal, sur un total de 140, ont adressé une lettre à l'attention des membres du collège et des conseillers communaux de la commune de Braives (province de LIÈGE) le 20 février dernier, en réclamant notamment la démission de l'échevin Stéphane Rocour, a-t-on appris lundi.

Ce courrier a été envoyé alors que les tensions se font de plus en plus ressentir au sein de la commune depuis plusieurs semaines. Les employés ont fait part de nombreuses revendications à l'égard du collège concernant le bien-être au sein de la commune et les pressions subies. Les signataires parlent notamment de manque de respect et de concertation, d'intimidations, d'abus de pouvoir ou encore d'agressions verbales. Des griefs reprochés principalement à l'échevin des ressources humaines, Stéphane Rocour.

Le texte envoyé aux mandataires réclame la démission de ce dernier, actuellement en convalescence à la suite d'une opération cardiaque mi-février. Une lettre à laquelle la CGSP n'a pas apposé sa signature, ne voulant pas s'attaquer à une personne en particulier, malgré son implication dans la quête d'une solution.

Dans la missive, une seconde personne était appelée à prendre ses responsabilités et répondre aux soucis relationnels. Il s'agit du bourgmestre de Braives, Pol Guillaume. "J'entends et je peux comprendre les commentaires dans le courrier. La situation est compliquée et je conçois qu'une forme de fatigue s'est installée. Je tiens à rappeler qu'il y a beaucoup de dossiers à traiter et que ce n'est pas chose aisée. Nommer une personne alors que chaque décision est prise de manière collégiale, ce n'est cependant pas correct", a indiqué le bourgmestre. Il s'est dit prêt à balayer devant sa porte et à agir pour que la situation s'apaise. Avec les membres du collège, il compte analyser les revendications et faire le point sur les modifications à apporter. Un comité pour la prévention et la protection au travail (CPPT) se tiendra le 9 mars.

Les différentes organisations syndicales, CGSP, CSC, CGSLB et SLFP rencontreront les membres du collège pour tenter de trouver des solutions. Un point du prochain conseil communal prévu le même jour sera également consacré à la situation au sein de l'administration.

 

Source : Belga










Les cookies sont nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

J'accepte